L'Anjou Agricole 27 février 2019 à 18h00 | Par AA

Des synergies entre légumineuses, vers de terre et bactéries

A l’occasion de la 2e Journée de l’agrodiversité, l’Esa et la Chambre d’agriculture ont proposé des pistes pour optimiser les interactions entre vie du sol et diversité du couvert végétal.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Nathalie Cassagne, enseignant-chercheur à l’ésa, présente les résultats du programme “Safari” dans l’un des amphis de l’école, à Angers, vendredi 22 février.
Nathalie Cassagne, enseignant-chercheur à l’ésa, présente les résultats du programme “Safari” dans l’un des amphis de l’école, à Angers, vendredi 22 février. - © AA

Des vers de terre, du trèfle ou de la féverole, de la biomasse microbienne en quantité suffisante. Le cocktail idéal pour de bons rendements en céréales. Au cours de la 2e Journée de l’agrodiversité à Angers, vendredi 22 février, l’Esa, l’association Base et la Chambre d’agriculture ont notamment communiqué des résultats d’essais sur le rapport entre vie du sol et associations de cultures.

Dénommé “Safari”, ce programme est piloté par l’unité de recherche ésa-Inra “Légumineuses, écophysiologie végétale, agroécologie”. Et cofinancé par les régions Pays-de-la-Loire et Bretagne, et Végépolys. Il part du constat « de la nécessité de diversifier les systèmes de cultures pour les rendre plus résilients et durables, en lien avec la réduction des phytos », souligne Nathalie Cassagne, enseignant-chercheur à l’ésa, co-responsable de “Safari”.

Comment les plantes compagnes et les vers de terre agissent-ils sur les performances des céréales ? C’est la 1ère piste explorée par le programme. à travers un protocole expérimental intégrant différentes espèces de lombrics (endogés et anéciques, les plus longs, ceux qui creusent les galeries verticales), du blé tendre “Renan” seul ou en mélange variétal, et associé ou non à une légumineuse.

« On a constaté que la présence d’anéciques et endogés améliore l’acquisition d’azote au niveau des racines et des feuilles de blé, lorsque celui-ci est associé au trèfle hybride », rapporte Nathalie Cassagne.

Grâce à leur travail de minéralisation de la matière organique, les vers de terre réduisent la compétition entre les variétés de blé. De son côté, le trèfle fixant l’azote de l’air comme toute légumineuse, il n’entre pas non plus en concurrence avec le blé pour l’assimilation des ressources du sol. « On peut en déduire une synergie entre le trèfle et les vers de terre », résume Nathalie Cassagne.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Aucune étude prouve le caractère cancérogène du glyphosate

a déclaré P. Médevielle, sénateur UDI, suite à une étude sanitaire menée par des sénateurs de l'Opecst, sur le glyphosate

Le chiffre de la semaine
2/3
Des consommateurs avouent un doute sur la composition 100 % bio des produits étiquetés comme tels.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui