L'Anjou Agricole 20 août 2020 à 14h00 | Par AA

Des tags anti-élevage se multiplient

Depuis plusieurs jours, des exploitations et entreprises ont été victimes de tags par des activistes anti-élevage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Plusieurs exploitations agricoles ont été vandalisées en Mayenne, Maine-et-Loire et Loire-Atlantique.
Plusieurs exploitations agricoles ont été vandalisées en Mayenne, Maine-et-Loire et Loire-Atlantique. - © AA

Depuis plusieurs jours, de la Seine-et-Marne à la région des Pays de la Loire, des exploitations et entreprises sont prises pour cible par des activistes anti-élevage. Notre département n'est pas épargné : des tags diffamants se multiplient sur des bâtiments d'élevage, peu importe le type et le mode de production, sur des camions de transport d'animaux, et dans des entreprises de sélection, sur l'ensemble du Maine-et-Loire.
Des individus n'hésitent pas à pénétrer, de nuit, dans les bâtiments pour inscrire à la peinture des slogans anti-élevage.
Face à ces actes révoltants, la FDSEA et JA ont demandé une rencontre urgente auprès du préfet pour la mise en place effective de la cellule locale
Déméter.
En parallèle, la FDSEA et JA lancent une nouvelle campagne d'information et d'incitation pour mettre en place, dans les exploitations, des systèmes de protection et de surveillance.
Un seul mot d'ordre si vous veniez à être concerné : en cas d'intrusion, surtout ne vous mettez pas en danger, n'intervenez pas seul.
Si des dégradations et tags étaient découverts, appelez immédiatement le 17 pour déposer plainte, ne touchez à rien, faites des photos, et bien entendu, prévenez au plus vite la FDSEA ou JA qui sont en lien permanent avec les forces de l'ordre et la préfecture, prêts à intervenir. La coordination avec ces derniers, très à l'écoute dans notre département, a permis une réactivité immédiate à la suite d'une nouvelle intrusion qui a eu lieu le week-end dernier sur une exploitation angevine.
E.Henry

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Je suis fâché après cette décision sur les maïs qui peuvent être importés d’Ukraine

a déclaré le président de l’AGPM (producteurs de maïs) Daniel Peyraube, le 26 novembre en AG.

Le chiffre de la semaine
100 millions
d'euros. C'est le montant du plan protéines végétales du Gouvernement pour doubler en 10 ans les surfaces de plantes riches en protéines