L'Anjou Agricole 22 mars 2018 à 13h00 | Par L'Anjou Agricole

Des vêlages groupés pour plus d’efficacité

à Saint-Quentin-en-Mauges, le Gaec de la Galtière a ouvert ses portes au syndicat Parthenais Anjou, jeudi 15 mars.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Bruno et Thibault Graton sont 2 des 4 associés du Gaec. Les 2 autres, Yves et Huguette Graton, partiront dans quelques années à la retraite. Le premier départ prévu fin 2019 a été anticipé par l’embauche d’un apprenti salarié.
Bruno et Thibault Graton sont 2 des 4 associés du Gaec. Les 2 autres, Yves et Huguette Graton, partiront dans quelques années à la retraite. Le premier départ prévu fin 2019 a été anticipé par l’embauche d’un apprenti salarié. - © AA

Le troupeau de bovins viande du Gaec de la Galtière est mené avec beaucoup de rigueur. à Saint-Quentin-en-Mauges, l’exploitation élève des blondes d’Aquitaine et des parthenaises. La ferme a accueilli le syndicat Parthenais Anjou, jeudi 15 mars, pour son assemblée générale. Les 4 associés du Gaec optimisent leur temps de travail  grâce à des périodes de vêlages groupés.
« La première se déroule du 1er février au 10 avril. La seconde du 1er août au 10 octobre », explique Thibault Graton, l’un des associés. Cette conduite du troupeau leur permet de travailler en lot. à la clé, une meilleure efficacité de la main-d’œuvre. (...)

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou Agricole du vendredi 23 mars 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui