L'Anjou Agricole 07 mars 2019 à 13h00 | Par AA

Détruire son couvert tout en préservant la vie du sol

Près de 350 personnes se sont rendues à la journée de démonstration de destruction des couverts organisée, mardi 5 mars, à Vernantes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Sept déchaumeurs à disque étaient en démonstration, mardi 5 mars, sur une parcelle de Pierrick Moulinet. Väderstad, Rolmako, Pottinger, Lemken, Grégoire Besson,
Kockerling, Bednard... Chacun a montré ses talents dans la destruction d’un couvert végétal devant près de 350 visiteurs.


Le couvert, une culture à part entière
La journée était organisée par 4 étudiants en BTS agronomie et productions végétales à l’ésa. Le but : présenter l’intérêt des couverts végétaux. « Les couverts, c’est l’avenir, affirme Simon Hameau, l’un des étudiants de l’ésa organisateurs. Implanter un couvert permet de réduire l’usage d’intrants. La destruction mécanique devient une obligation avec la réglementation... » Au-delà de la contrainte réglementaire, le couvert doit être envisagé « comme une nécessité agronomique, note Maryline Faure, conseillère agronomie de la Chambre d’agriculture Pays-de-la-Loire.
Il faut réfléchir le couvert comme une culture à part entière. » Le couvert améliore la fertilité physique, chimique et biologique. La destruction est donc aussi une étape clé pour maintenir la vie du sol.
H.R.

- © AA

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

[Nous faisons] l’amer constat que la guerre des prix se poursuit entre les enseignes de la grande distribution.

La FNSEA, les JA, l’Ania et Coop de France demandent à l’administration d’« intensifier » les contrôles et de publier les sanctions prises grâce au dispositif du “name and shame”.

Le chiffre de la semaine
220
Dans le Maine-et-Loire en 2018, 220 installations ont vu le jour, dont 117 avec les aides. Pour 450 départs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui