La Creuse Agricole 18 novembre 2020 à 07h00 | Par Damien Valleix

Devant la justice pour avoir défendu ses cultures

Pour prévenir les dégâts causés par les sangliers, un agriculteur corrézien a abattu un animal sur sa parcelle. Parce que le droit de chasse aurait été cédé à une société, une plainte a été déposée et l’Office français de la biodiversité mène une enquête digne d’une série policière.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les dégâts sont conséquents.
Les dégâts sont conséquents. - © UP19

1er janvier 2020, 8 h 30. Gilbert Mesturoux, éleveur à Palazinges, en Corrèze, apporte du foin à ses vaches sur une parcelle située à Cornil dont il est fermier. Il surprend alors une troupe de six sangliers en train de ravager sa prairie. Pas de chasseurs en vue. Titulaire du permis de chasse depuis 43 ans, Gilbert, excédé et bien décidé à faire quelque chose, retourne chez lui prendre son chien et son fusil. Il recrute également un ami, lui aussi chasseur, qui   [...]

 

» Lire la suite sur le site La Creuse Agricole

la phrase de la semaine

Si l’on change toutes les règles, qu’on demande des sacrifices et que derrière on continue à bâtir des accords commerciaux avec des pays du monde […] qui ne font pas les mêmes efforts, on est des fous !

Dans une interview accordée à la revue Le Grand Continent le 12 novembre, Emmanuel Macron est revenu sur son projet en matière de transition écologique dans le secteur agricole.

Le chiffre de la semaine
56 %
des éleveurs de veaux de boucherie déclarent utiliser des MCA (Médecines complémentaires et alternatives), selon une étude de l’Institut de l’élevage (Idele) parue le 20 octobre.