L'Anjou Agricole 08 septembre 2020 à 13h00 | Par AA

Développer une filière de bois-d’œuvre locale dans les Mauges

La France métropolitaine possède le troisième stock en volume de bois sur pied en Europe derrière l’Allemagne et la Suède. Le secteur forêt-bois en France représente plus, en termes d’emplois, que le secteur de l’automobile dans son ensemble : 550 000 emplois pour 100 000 entreprises essentiellement réparties en milieu rural.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La scierie mobile permet de venir effectuer des chantiers directement sur place, facilitant la logistique.
La scierie mobile permet de venir effectuer des chantiers directement sur place, facilitant la logistique. - © AA

Les agriculteurs, de par leur gestion du bocage, jouent forcément un rôle primordial pour cette ressource. Pourtant, le bocage a été mis à mal par le remembrement des années 1980, et depuis, bien que de nombreuses haies aient été replantées, difficile de retrouver une véritable communion entre l’arbre et l’agriculteur. Créée en 1998, l’association Horizon Bocage a pour objet la préservation de  l’environnement et la valorisation du bocage sur le territoire de Chemillé-en-Anjou. Composée de 250 adhérents, elle organise de nombreuses animations autour de la gestion du bocage et des arbres, à destination de particuliers et d’agriculteurs. « On cherche à redonner du sens à l’arbre, tant pour les particuliers que pour les agriculteurs », détaille Roland Frémondière, le président de l’association. Entre autre, Horizon Bocage milite pour pouvoir travailler les végétaux déposés en déchetteries avec les agriculteurs. Le déchet deviendrait ressource, et « un lien plus fort serait créé entre ville et campagne », ce qui semble nécessaire par les temps qui courent.


Une scierie mobile
Dans la même veine, Horizon Bocage a obtenu un financement Ademe afin de développer une filière de bois d’œuvre locale, devant le constat de la présence de beaux arbres dans le département. « Un particulier, des collectivités ou même un agriculteur, n’ont pas le temps, ou la compétence, de valoriser le bois de cette manière, donc on propose nos services et notre expertise », analyse Roland Frémondière. L’Ademe a financé à hauteur de 70 % les études et l’animation. Concrètement, Horizon Bocage met en relation particuliers et privés souhaitant débiter des planches de bois avec des entreprises ayant des compétences en la matière, afin de préparer le chantier. Une fois ce dernier préparé, une scierie mobile intervient directement sur place. « Il faut être en général 4 pour un tel chantier. Le débit est de 7 à 8 m³ par jour pour des arbres de 80 cm de diamètre maximum, avec un coût d’environ 80 €/m³ ttc », détaille le président. Derrière, les planches peuvent être conservées par l’instigateur du chantier, ou bien revendues à Horizon Bocage. En effet, l’association dispose d’un local de stockage de 800 m², permettant la revente. « Mais si la personne le souhaite, elle peut également venir travailler son bois au sein de La Varlope, un atelier participatif qui permet de créer avec des personnes compétentes des bancs, chaises, toutes sortes d’œuvres », appuie Marine Pépin, animatrice de l’association. Ainsi, local est le maître mot, puisque tout est effectué sur place, ou dans un rayon de quelques kilomètres. « ça redonne du sens au bois de notre bocage », confie Marine Pépin. « Dans le futur, il va y avoir de plus en plus de contraintes environnementales. Pourquoi ne pas prendre les devants et arrêter de considérer les végétaux, les branches, comme des déchets. C’est une ressource organique, importante, qui n’est pas considérée à sa juste valeur », poursuit Roland Frémondière, ancien maraîcher.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Je respecte le processus démocratique, mais je pense profondément que ce n’est pas le bon véhicule

Interrogé au Space, sur le Référendum d’initiative partagée pour les animaux, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie a répondu qu’il ne s’agissait pas du “bon vehicule” politique

Le chiffre de la semaine
14 746
Chasseurs dans le Maine-et-Loire.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui