L'Agriculteur Normand 27 juillet 2018 à 11h00 | Par J. Pertriaux

Dialogue à bord d'une moissonneuse-batteuse

Julien Aubrée est cultivateur à Saint-Martin-de-Fontenay. Il a aussi une activé de pension de chevaux de sport. Le jeune agriculteur s'est inscrit sur le site internet moissonneuse.fr. L'idée du site, c'est que n'importe quel agriculteur puisse s'identifier, se localiser, indiquer des dates de moisson pour proposer aux citoyens un tour de batteuse. Un moyen simple et direct pour permettre aux agriculteurs de parler de leur métier. Julien Legouix a trouvé l'adresse internet en lisant la presse agricole en ligne. Le Caennais s'est inscrit. Lundi 23 juillet, rendez-vous était pris. Les deux hommes se sont retrouvés en plaine, dans une parcelle d'avoine. Le passager avait préparé ses questions. Le pilote y a répondu point par point. Pas de sujet tabou à bord de la moissonneuse.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Julien Aubrée a conduit Julien Legouix qui n'était jamais monté dans une moissonneuse batteuse. Le premier a trouvé le site internet sur les réseaux sociaux, le second dans la presse agricole. Lundi, ils ont moissonné 1,5 ha d'avoine.
Julien Aubrée a conduit Julien Legouix qui n'était jamais monté dans une moissonneuse batteuse. Le premier a trouvé le site internet sur les réseaux sociaux, le second dans la presse agricole. Lundi, ils ont moissonné 1,5 ha d'avoine. - © J.P.

- Julien Aubrée : « je commence par faire les réglages propres à la culture : l’écartement du batteur, sa vitesse et le ventilateur. Le batteur tourne à 900 tours/min par exemple. J’ai acheté la moissonneuse cette année ».

- Julien Legouix : « en combien de temps est-ce que tu le rentabilises ? »

J.A. : Je l’ai achetée 100 000 €. Je rentabilise en sept ans, mais il faut qu’elle en fasse dix. Sur ma dernière machine, j’avais   [...]

 

» Lire la suite sur le site L'Agriculteur Normand

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui