L'Anjou Agricole 24 janvier 2019 à 15h00 | Par AA

Didier Guillaume, défenseur résolu des agriculteurs au Sival d'Angers

Lors de sa visite du Sival, le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, a promis de ne pas laisser les exploitants sans solutions face à la réduction des phytos.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume en visite sur le Sival ; ici en compagnie du président du salon Bruno Dupont.
Le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume en visite sur le Sival ; ici en compagnie du président du salon Bruno Dupont. - © AA

Accompagné du maire d’Angers Christophe Béchu et du président du salon Bruno Dupont, c’est un ministre offensif qui s’est érigé en rempart des agriculteurs victimes de dénigrement. D’abord sur le stand FRSEA-JA, le temps d’un échange à bâtons rompus avec Jean-Marc Lézé et Christiane Lambert. La présidente de la FNSEA réagissait à l’interdiction d’usage du glyphosate prononcée l’avant-veille par le tribunal administratif de Lyon : « alors que nous venons de proposer un contrat de solutions responsable pour la protection des plantes, voilà encore une décision édictée sous la pression de militants qui nous stigmatisent ! » .
Didier Guillaume acquiesce :  « il y a aujourd’hui un problème d’agribashing dans ce pays, c’est inacceptable. Je m’y oppose et m’y opposerai toujours, d’où qu’il vienne ».

Le ministre a cependant jugé « irréversible » le mouvement sociétal en faveur de la limitation des intrants chimiques en agriculture. « Mais je m’engage à ne pas laisser les exploitants sans solutions. »

V.F.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Si des solutions techniques alternatives au désherbage chimique existent, elles ne sont pas encore adoptables par tous les arboriculteurs.

indique le CTIFL (centre technique), dans un communiqué du 26 mai

Le chiffre de la semaine
8,2 millions d'euros
Horticulture : dans le Maine-et-Loire, la destruction des plantes et fleurs, suite à la crise du Covid-19, a entrainé une perte de 8,2 millions d'euros (source FNPHP Grand Ouest)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui