L'Anjou Agricole 04 mai 2016 à 17h00 | Par L'Anjou Agricole

Diversifier son revenu grâce au photovoltaïque

Philippe et Léone Boué ont témoigné sur leur exploitation de la Grande Pommeraie à Marans, ce mardi 3 mai, de leur expérience photovoltaïque avec l’entreprise Solewa.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Philippe et Léone Boué (agriculteurs), Anthony Robert (constructions Trillot), Marc-André Tournerie et Olivier Duclos (commerciaux Solewa) devant la toiture photovoltaïque du nouveau bâtiment génisses.
De gauche à droite : Philippe et Léone Boué (agriculteurs), Anthony Robert (constructions Trillot), Marc-André Tournerie et Olivier Duclos (commerciaux Solewa) devant la toiture photovoltaïque du nouveau bâtiment génisses. - © AA

«  Les plus motivés se sont déplacés, ceux qui ont un réel projet photovoltaïque », assure le commercial Olivier Duclos, venu présenter les installations solaires de son entreprise Solewa en place à la Grande Pommeraie, à Marans. Chez Philippe et Léone Boué, éleveurs laitiers, déjà 2 bâtiments sont couverts de panneaux solaires et un 3ème projet s’annonce pour 2017.

L’histoire commence en 2013 lorsqu’ils projettent de construire un nouveau bâtiment pour les génisses. Ils n’hésitent pas longtemps lorsqu’on leur propose le photovoltaïque pour autofinancer une partie des 
110 000 euros que demande l’investissement. Orienté plein sud, proche du transformateur d’électricité, le nouveau bâtiment est pensé pour recevoir la toiture photovoltaïque. « La charpente en bois évite la conduction de l’électricité statique », explique l’éleveur, qui confie « avoir eu quelques réticences au sujet de l’effet de l’électricité statique sur le comportement des génisses ». Craintes qu’il proscrit aujourd’hui.

Les 700 m2 de toiture photovoltaïque produisent 94 kWc (kilowatt crête : puissance atteinte par un panneau solaire exposé à un rayonnement solaire maximal), permettant au couple de dégager entre 20 et 
22 000 euros chaque année.

Lire l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 6 mai 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Nous portons une réflexion sur des dispositions spécifiques à l’agriculture urbaine dans le cadre du statut du fermage

a indiqué le Cese (Conseil économique, social et environnemental), dans un avis adopté le 12 juin, en vue de la future réforme du droit foncier rural.

Le chiffre de la semaine
400
c'est le nombre d'animaux qui se retrouveront au concours inter-régional de Blonde d'Aquitaine à Cholet le 21 et 22 juin.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui