L'Anjou Agricole 01 décembre 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Dons alimentaires : les produits transformés donneront aussi droit à réductions d'impôts

A l’occasion du lancement de la campagne d’hiver des Restos du cœur le 30 novembre, le ministre de l’Agriculture et la secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion, ont annoncé « l’extension des mesures de réductions d’impôts aux produits transformés ou conditionnés ».

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Alors qu’ils ne pouvaient donner que des produits bruts, les producteurs de fruits, légumes et pommes de terre, pourront désormais faire des dons de produits transformés.
Alors qu’ils ne pouvaient donner que des produits bruts, les producteurs de fruits, légumes et pommes de terre, pourront désormais faire des dons de produits transformés. - © Réussir

Une mesure qui vise à « inciter encore d’avantage les agriculteurs à faire don de leurs produits […] alors que chaque année 4 millions de personnes font appel […] à l’aide alimentaire ».



Solaal, association « qui facilite le lien entre les donateurs des filières agricole et alimentaire et les associations d'aide alimentaire », s'est félicitée, dans un communiqué diffusé le 30 novembre, que de nouvelles filières puissent faire des dons (jus et compotes de pommes, pommes de terres en flocons). Elle demande cependant au Gouvernement de faire « un dernier effort » pour la filière viande « où les dons ont encore besoin de clarification ».

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.