L'Anjou Agricole 16 juin 2017 à 13h00 | Par L'Anjou Agricole

Doux : une situation extrêmement préoccupante (FGTA-FO)

Le volailler Doux, dans le giron du groupe coopératif agricole Terrena depuis un an, vit à nouveau des heures difficiles selon la FGTA-FO, premier syndicat de la grande distribution.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Sa « situation est extrêmement préoccupante avec d'énormes pertes financières annoncées », a mis en garde le 15 juin la fédération qui pointe du doigt la grippe aviaire et la concurrence brésilienne.
Sa « situation est extrêmement préoccupante avec d'énormes pertes financières annoncées », a mis en garde le 15 juin la fédération qui pointe du doigt la grippe aviaire et la concurrence brésilienne. - © AA

Interrogé sur ces inquiétudes, le groupe Terrena s'est dit confiant dans l'avenir du volailler, tout en reconnaissant que la situation du marché était « déprimée ». « Aujourd'hui, on constate, en regardant les indicateurs, qu'au quatrième trimestre, on devrait revenir à un prix normatif beaucoup plus acceptable », a assuré le groupe. La grippe aviaire a créé « une véritable crise de confiance de la part des acheteurs du Moyen-Orient », explique dans son communiqué la FGTA-FO, qui ajoute que « les entreprises brésiliennes pratiquant le dumping social se sont engouffrées dans la brèche ». « L'entreprise Doux a donc subi une forte perte de volumes et n'a pas procédé aux investissements productifs nécessaires », poursuit la fédération, qui rappelle qu'en 2012, plus de 1 000 salariés de Doux avaient perdu leur emploi.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui