L'Anjou Agricole 05 février 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Du bois déchiqueté issu du bocage angevin

La coopérative Maine-et-Loire bois énergie a tenu sa 3e assemblée générale, le jeudi 5 février, à Angers.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La SCIC Maine-et-Loire Bois énergie tenait son assembée générale, le jeudi 5 février, à la maison de l'agriculture d'Angers.
La SCIC Maine-et-Loire Bois énergie tenait son assembée générale, le jeudi 5 février, à la maison de l'agriculture d'Angers. - © AA

Multiplier par deux le volume contractualisé par rapport à 2013-2014. C'est l'objectif que se fixe la SCIC Maine-et-Loire Bois énergie qui tenait son assemblée générale, le jeudi 5 février, à la maison de l'agriculture d'Angers. Pour 2013-2014, la coopérative a commercialisé plus de 2 000 tonnes de bois déchiqueté.

"Nos clients sont principalement des collectivités", explique Denis Asseray, gérant de la SCIC. Les plus importants ? Angers Loire métropole et Beaupréau. "Pour 2013-2014, nous avons fourni près de 1 500 t pour la communauté d'agglomération et environ 700 t à la commune."

La coopérative de 68 adhérents compte bien en attirer de nouveaux pour fournir du bois bocager.

Aujourd'hui, 35 agriculteurs font partie de la coopérative et fournissent, en moyenne, 50 tonnes de bois bocager par an. "En moyenne, ils sont rémunéré 55 euros la tonne", estime l'agricuteur gérant.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

[Nous faisons] l’amer constat que la guerre des prix se poursuit entre les enseignes de la grande distribution.

La FNSEA, les JA, l’Ania et Coop de France demandent à l’administration d’« intensifier » les contrôles et de publier les sanctions prises grâce au dispositif du “name and shame”.

Le chiffre de la semaine
220
Dans le Maine-et-Loire en 2018, 220 installations ont vu le jour, dont 117 avec les aides. Pour 450 départs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui