L'Anjou Agricole 25 avril 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

En agriculture comme au foot, un maître-mot : le collectif !

Rencontre avec Mathieu Delanoe, agriculteur autant investi dans son exploitation que dans la vie de l’USTA Noëllet, son club de football.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Mathieu Delanoe, éleveur de veaux de boucherie, investi et passionné dans son club de foot depuis 15 ans.
Mathieu Delanoe, éleveur de veaux de boucherie, investi et passionné dans son club de foot depuis 15 ans. - © AA

« On était une bande de copains, par affinités la plupart d’entre nous jouait à Noëllet, donc on a signé notre licence à Noëllet », se souvient Mathieu Delanoe, éleveur de veaux de boucherie. C’est ainsi qu’il a repris le chemin du football il y a 15 ans. Il s’est ensuite investi encore plus, en intégrant le bureau de cette union sportive il y a 7 ans. De vice-secrétaire, il est devenu vice-président, fonction qu’il occupe depuis maintenant 2 ans. La passion de Mathieu Delanoe est évidente quand il évoque les valeurs que transmet son sport (...).

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou Agricole du vendredi 28 avril en cliquant sur le lien ... et retrouvez le détail de l'évènement Au Pré d'Angers organisé par les Jeunes Agriculteurs 49 ici.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.