L'Anjou Agricole 05 octobre 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Du fumier composté pour les cultures fourragères

A Longué-Jumelles, le Gaec du Lathan a épandu pour la première fois le fumier composté qu’il a obtenu grâce à son séparateur de phase.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Les travaux d’épandage se sont terminés lundi au Gaec du Lathan à Longué-Jumelles. C’est la première fois que l’exploitation laitière épandait du fumier composté depuis qu’elle a investi dans un séparateur de phase. Un investissement incontournable pour une mise aux normes du bâtiment.  « Avant dans la fumière couverte de 500 m2, nous n’avions qu’une
capacité de stockage de 15 jours à 3 semaines », explique Sylvain Sureau, l’un des 4 associés du Gaec. Avec le passage de la commune en nouvelle zone vulnérable, il y a 6 mois de stockage obligatoires. « Même sans la directive nitrates, nous n’étions plus aux normes. Le passage en zone vulnérable nous a permis de prétendre au PCAE* » (47 000 euros d’aide pour un investissement de
250 000 euros).

Deux périodes d’épandage
Avant, le Gaec procédait à un épandage régulièrement. Aujourd’hui, il est contraint d’épandre à 2 périodes :  au printemps et à l’automne. Sur 4 jours, 1 950 m3 de fumier composté ont été répartis sur plus de 60 hectares.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 6 octobre 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui