L'Anjou Agricole 26 juin 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Du lait au bois, il n’y a qu’un pas

LBG Environnement, située à Cizay-la-Madeleine, spécialiste dans la valorisation des végétaux et du bois, donne une seconde vie au végétal.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le broyeur automoteur est un des éléments du parc automobile de l'entreprise. Il est utilisé pour transformer les rondins de bois en paillettes.
Le broyeur automoteur est un des éléments du parc automobile de l'entreprise. Il est utilisé pour transformer les rondins de bois en paillettes. - © AA

L’histoire remonte dès 1976, quand Lucien Gerbier était agriculteur au sein d’un Gaec en polyculture élevage et vaches laitières, avec son père, son épouse ainsi qu’un salarié (...). Suite à la demande de ses 2 fils de rejoindre le Gaec, il réalise un audit où « on s’est aperçu grâce à l’analyse des sols que le taux de matière organique stagnait voire diminuait. Nous avions besoin de déchets organiques et de déchets verts ». Ils commencent donc à prospecter dans le secteur pour récupérer ce type de déchets et en faire du compost, concept très novateur dans la région. LBG
Environnement voit donc le jour, en 2001, avec pour objectif la valorisation des végétaux et du bois. (...) Entre 2005 et 2015, un nouveau salarié a été embauché chaque trimestre.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou Agricole du 30 juin 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui