L'Anjou Agricole 19 janvier 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Du Sival naissent des vocations agricoles

Cela fait 4 ans qu’employeurs et candidats ne ratent pas le Sival pour ses manifestations sur le thème de l’emploi, organisées au Grand Palais sous la houlette de l’Apecita et l’Arefa.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Pour cette édition 2017, Apecita et Arefa ont proposé des temps forts individuels et collectifs. 3 tables rondes “Emploi-Métier” à destination des jeunes en formation, salariés et demandeurs d’emploi, ont été prévues autour des problématiques des filières du maraîchage, de l’arboriculture et de la viticulture.


1/3 des offres non pourvu
Alors que les chiffres du chômage font tous les jours parler d’eux dans les médias, c’est un bien paradoxal constat qu’émet Hélène Boucherie, animatrice emploi chez Légumes de France. « Pourtant extrêmement diversifié, le secteur du végétal présente des emplois non pourvus par manque de candidats qualifiés. On manque particulièrement d’opérateurs, de caristes et de responsables du personnel ». Autour d’elle s’étaient réunis mercredi dans le Pôle emploi du Sival, des représentants de la coopérative Fleuron d’Anjou, du Groupe Olivier, de l’Opcalim,
ainsi que l’Agrocampus Ouest. La main-d’œuvre française représente 30 à 70 % des coûts de production en maraîchage, l’emploi est donc un enjeu fort de la filière mais qui souffre vraisemblablement d’abord d’un manque d’attractivité.

 

 

Plus d'informations dans l'Anjou agricole du 20 janvier 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

2020 est la dernière année de financementde l’actuel PCAE. Les éleveurs porcinsdoivent donc engager très rapidementune démarche de réflexion sur l’évolution deleur outil de production pour en bénéficier.

souligne Gérard Bourcier, président du Comité régional porcin des Pays-de-la-Loire

Le chiffre de la semaine
10 000
C'est le nombre d'agriculteurs qui se sont mobilisésle 8 octobre sur tout le territoire à l’appel de la FNSEA et de Jeunes agriculteurs pour exprimerleur ras-le-bol face à la déconsidération sociale et politique de leur métier.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui