L'Anjou Agricole 30 septembre 2020 � 11h00 | Par AA

Du sorgho en affouragement en vert

Au Gaec de la Gaignardière, à Saint-Saturnin-sur-Loire, on a semé du sorgho multi-coupe pour les vaches. Une franche réussite.

Abonnez-vous R�agir Imprimer
- © Lachambre

Au vu des difficultés récentes du maïs, la diversification de la ration apparaît comme indispensable dans les exploitations. C’est cette volonté qui a animé Frédéric Lachambre lorsqu’il a implanté du sorgho multi-coupe pour la première fois, en mai dernier.


Au moins trois coupes
En production laitière, avec 800 000 litres de lait, les 160 ha du Gaec sont en conversion bio, et une réflexion globale est menée sur la ration des animaux. « On essaie de diversifier au maximum et de diminuer la part du maïs », détaille Frédéric Lachambre. Toutes les parcelles n’étant pas irriguées, l’objectif était de trouver une culture peu gourmande en eau et qui permet un approvisionnement en fourrage durant l’été. En effet, ce sorgho est donné en affouragement vert, à raison de 4 kg par jour, par vache. C’est avec une auto-chargeuse Schuitemaker que les éleveurs procèdent. Ces derniers sont en plein dans la 3e coupe, avec une belle qualité et une quantité intéressante. « On met environ 15 jours pour récolter nos 5 ha », confie l’éleveur. La première coupe a été destinée à de l’ensilage, avec un rendement avoisinant les 5 tMS/ha, et une hauteur de coupe de 1,30 m. Cette coupe s’est effectuée aux alentours du 15 juillet, et la repousse a été bonne, « grâce à la pluie d’août. Cela nous a permis de sortir 2 tMS/ha en affouragement vert à la deuxième coupe », se réjouit Frédéric Lachambre. Un apport non négligeable au vu des résultats moyens en maïs ensilage. La coupe pour l’affouragement en vert s’effectue moins haute que pour l’ensilage, aux alentours de 40 cm. En dessous, le risque d’intoxication à l’acide cyanhydrique est élevé. De manière générale, de 2 à 5 coupes peuvent être réalisées. « On verra si on peut faire une autre coupe dans l’année, en fonction des conditions ». De plus, « l’appétence est bonne, les vaches apprécient cet aliment », témoigne Frédéric Lachambre.

 

Article complet dans l'Anjou Agricole du 2 octobre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions �mises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se r�serve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et r�glements en vigueur, et decline toute responsabilit� quant aux opinions �mises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

L’accroissement du nombre de bénéficiaires de l’aide alimentaire est une réalité dont nous prenons pleinement la mesure. C’est pourquoi, les agriculteurs, au travers de Solaal, se mobilisent pour répondre aux enjeux de la précarité alimentaire. Solaal Pays de la Loire reste mobilisé plus que jamais pour assurer son rôle de facilitateur du don alimentaire.

explique Jean-Louis Lardeux, président de l’association Solaal Pays de la Loire.

Le chiffre de la semaine
2 000 t
La collecte de pneumatiques usagés, organisée par la FDSEA, a:commencé lundi 11 janvier à Vihiers et aura lieu dans le département jusqu’au 11 mars. Au total plus de 2 000 tonnes seront collectées et valorisées pendant l’opération.