L'Anjou Agricole 10 septembre 2020 à 10h00 | Par AA

Du sorgho ensilage pour pallier le manque d’eau

La ferme expérimentale des Trinottières a organisé, mercredi 9 septembre, un bout de champ sur 3 variétés de sorgho BMR.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

La ferme expérimentale des Trinottières, à Montreuil-sur-Loir, a testé, cette année,
3 nouvelles variétés de sorgho BMR (Brown mid rid = nervure brune centrale) : la Buffalo, la Phoenix et la Big Dragoon, du spécialiste des semences fourragères  Semental.
« Le sorgho ensilage est peu ligneux, riche en sucre et pauvre en amidon. C’est un bon complément du maïs ensilage », précise Manon Gillier, responsable des Trinottières. Ce fourrage améliore l’efficacité alimentaire du maïs et évite l’excès d’amidon, sans baisser la concentration énergétique.
Autre atout indéniable de la culture : sa résistance aux fortes chaleurs et au manque d’eau. Un maïs arrête sa croissance à 30°C, alors que le sorgho produit jusqu’à 40°C. Aux Trinottières, 10 hectares ont été semés les 7 et 8 mai derrière un maïs grain, à l’aide d’un semoir à maïs avec des disques sorgho. Le responsable de culture de la ferme expérimentale, Christian Moineau, y voit aussi un autre intérêt : « cela permet d’étaler la période de semis. On sème le maïs à la mi-avril et le sorgho du 5 au 15 mai. » « Les conditions étaient optimales, avec un sol à 14°C », précise Manon Gillier. La densité ? 180 000 graines/hectare.

Moins de tours d’eau
Avec l’été chaud, le sorgho ensilage a prouvé ses avantages cette année. « Sa densité racinaire plus importante permet de mieux explorer le sol », explique la responsable de la ferme. Pour cette culture, l’irrigation ne doit pas être gérée comme pour un maïs. Cette été, le sorgho des Trinottières a eu besoin d’être irrigué 2 fois : 2 fois x 30 mm. « Avant la floraison », précise Christian Moineau. Un apport d’eau fin juillet et un autre début août. « Pour comparasion, on compte 6 passages de 25 mm en maïs, cette année », précise Manon Gillier.
Aujourd’hui, la ferme expérimentale s’alimente en eau dans le Loir. Elle n’a pas eu de restrictions cette année. « Avec les chaleurs qu’on subit d’année en année, on va avoir de plus en plus de restrictions. Le sorgho me semble une bonne culture pour pallier ce manque. »
L’implantation de ces nouvelles variétés est concluant pour le responsable de culture. « Nous n’avons eu aucun problème de verse, contrairement à d’autres variétés que nous avons pu utiliser auparavant. » La ferme a fait le choix de variétés précoces. « La plus précoce est la Buffola, ensuite la Phoenix et la Big Dragoon », explique Christian Moineau.
« Avec des maïs tardifs, on pourrait récolter les deux en même temps pour ne faire qu’un seul silo », imagine la responsable des Trinottières.
Auparavant, Christian Moineau déplorait le manque de produits de désherbage en prélevée. « Depuis, des produits existent et ça marche bien. En complément, je continue le binage. »
Difficile encore d’estimer les rendements. La récolte est prévue autour du 24 septembre. Les estimations sont très variables. « Semental annonce 14 tMS/ha. J’estime que ce sera moins : 11 tMS », note Manon Gillier. Verdict fin septembre...

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.