L'Anjou Agricole 30 juillet 2020 � 13h00 | Par AA

Du théâtre dans les villages

La troupe "Le temps est incertain mais on joue quand même !" est en pleine Tournée des villages. Avec une pièce d'actualité, traitant de l'arrivée de citadins en campagne dans l'Angleterre d'après-guerre.

Abonnez-vous R�agir Imprimer
- © AA

Emouvante, drôle, décalée et plus que jamais d'actualité, la pièce "Je vous parle de Jérusalem", d'Arnold Wesker, interprétée par la troupe "Le temps est incertain mais on joue quand même !" a réunie plus de 150 personnes mercredi dernier, à Cantenay-épinard. Deux fois moins de monde  que les années  précédentes, situation sanitaire oblige. « Cela fait quand même chaud au coeur de voir tout ce monde se déplacer. Cela prouve que les gens sont en attente de théâtre, et nous essayons de leur apporter chez eux », témoigne Anne Didon, actrice.


L'exode urbain
La pièce, mise en scène par Camille De La Guillonnière, suit l'aventure d'un jeune couple britannique, de 1946 à 1959. Ada et Dave décident de fuir la société industrielle et citadine anglaise pour vivre au plus proche de la terre. Pas d'eau, pas d'électricité et pas de routes. Nous les suivrons au rythme des visites, des changements de vie, des deuils et des naissances. Entre jugements à l'emporte-pièce, ironie ou mépris, chacun s'interroge sur la démarche du couple. Ils se heurteront aux difficultés de faire accepter à leur famille ce choix, mais devront également s'adapter à un monde qu'ils ne connaissent pas, le monde rural. Une pièce plus que jamais d'actualité, à l'heure où plus de 100 000 français par an, selon l'Insee, quittent les villes pour s'installer en campagne. Avec ces mouvements, ce sont deux mondes qui se rencontrent, avec leurs codes, et leurs idéaux. « Cette pièce raconte la tentative de sortir d'un modèle unique, imposé par la société. C'est un retour à une vie connectée à la nature », témoigne Camille De La Guillonnière.


Il est où le bonheur ?
Sans être revendicative, la pièce explore la recherche du bonheur à travers la quête d'un idéal. « Le parallèle avec notre temps est frappant. Il y a une perte de foi dans la société et dans la politique, alors les gens deviennent acteurs du changement ». Et le public est conquis par la représentation  de cette expérience, que certains ont déjà vécu. « Dans les années soixante-dix, nous sommes partis de région parisienne avec mon mari pour nous installer en campagne, près d'Angers. Ce choix a été critiqué par nos familles, ils ne comprenaient pas. Cette pièce est fabuleuse dans ce qu'elle raconte, et très juste ! », témoigne une spectatrice. « Dès que l'on fait un choix qui sort de la norme, on est jugé », déplore le metteur en scène. Ce dernier vit entre la ville et la campagne, et confie « ne pas supporter la ville. J'ai besoin de m'occuper de la nature, même si c'est pour couper les ronces », ironise-t-il. Au final, Ada et Dave ne restent pas à la campagne, et retournent s'installer en ville. Un échec ?
« Au contraire, car ils ont agi. Ils avaient une vision de la vie, et ils ont tenté de la réaliser. Au final, ils ont été heureux, et se dirigent vers un autre chemin ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions �mises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se r�serve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et r�glements en vigueur, et decline toute responsabilit� quant aux opinions �mises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

L’accroissement du nombre de bénéficiaires de l’aide alimentaire est une réalité dont nous prenons pleinement la mesure. C’est pourquoi, les agriculteurs, au travers de Solaal, se mobilisent pour répondre aux enjeux de la précarité alimentaire. Solaal Pays de la Loire reste mobilisé plus que jamais pour assurer son rôle de facilitateur du don alimentaire.

explique Jean-Louis Lardeux, président de l’association Solaal Pays de la Loire.

Le chiffre de la semaine
2 000 t
La collecte de pneumatiques usagés, organisée par la FDSEA, a:commencé lundi 11 janvier à Vihiers et aura lieu dans le département jusqu’au 11 mars. Au total plus de 2 000 tonnes seront collectées et valorisées pendant l’opération.