L'Anjou Agricole 10 janvier 2018 à 10h00 | Par L'Anjou Agricole

E. Macron annonce la levée de l'embargo prochaine sur le bœuf français par la Chine

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

La Chine va complètement lever « dans les six mois » l'embargo sur la viande bovine française, a annoncé Emmanuel Macron, le deuxième jour de sa visite en Chine, le 9 janvier. Les deux pays ont signé ce même jour un accord prévoyant « l'ouverture de l'accès de la viande bovine » au marché chinois, « avec une résolution totale dans les six mois » de l'embargo actuel, rapporte l'AFP.

Cet embargo avait été mis en place en 2001 à la suite de l’épidémie de vache folle (ESB) en France. La Chine avait déjà assoupli en mars 2017 son embargo sur le bœuf français (bovins âgés de moins de 30 mois, viande désossée). La Chine est le 2ème importateur mondial de viande bovine avec près de 1,1 Mt importées par an. Les principaux fournisseurs de bœuf à la Chine en 2016 étaient le Brésil, l'Uruguay, l'Australie et la Nouvelle-Zélande, qui assuraient près de 90 % de ses importations.

C'est «une excellente nouvelle pour la filière viande bovine française pour qui le potentiel du marché chinois est stratégique et constitue une opportunité», souligne Interbev. L'interprofession bovine insiste dans son communiqué sur «le travail conséquent» qu'elle a réalisé en collaboration avec les services de l’État français pour aboutir à cette étape. En revanche, sur la question de la volaille française, les discussions se poursuivent toujours, selon l’Élysée. La Chine avait fermé ses portes fin 2015 aux produits avicoles français suite à la réapparition de la grippe aviaire en France.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui