L'Anjou Agricole 28 juillet 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Eau en élevage : quel type de prélèvement pour quelle utilisation ?

Les utilisations de l’eau en élevage sont nombreuses et varient selon les sources d’approvisionnement et leur qualité. Comment s’y retrouver et concevoir un système opérationnel ?

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La carte donne un aperçu non exhaustif des forages mainoligériens : elle a été réalisée à partir d’une extraction de la banque de données du sous-sol des ouvrages connus et dont l’usage est prioritairement pour l’irrigation ou pour l’élevage (source BRGM).
La carte donne un aperçu non exhaustif des forages mainoligériens : elle a été réalisée à partir d’une extraction de la banque de données du sous-sol des ouvrages connus et dont l’usage est prioritairement pour l’irrigation ou pour l’élevage (source BRGM). - © AA

Une laitière boit 50 à plus de 100 L d’eau/jour. Pour un troupeau de 70 vaches, les besoins s’élèvent en moyenne à 5 m3/j. Pour l’entretien et le lavage du matériel, le calcul est simple : sachant qu’1 L de lait produit demande au niveau du bloc traite 1 L d’eau, un cheptel à 28 L de lait/vache/j pour 70 vaches requiert quotidiennement 2 m3 d’eau. à l’année, ce sont minimum 2 500 m3 nécessaires à un tel cheptel. Il reste encore les consommations d’eau pour l’entretien des quais de traite et du parc d’attente, le lavage du gros matériel, l’irrigation et l’application des produits phytos... Les usages de l’eau sont nombreux et requièrent des niveaux de qualité différents selon que l’on utilise l’eau pour l’abreuvement ou le nettoyage du bloc traite. Eaux de surfaces des étangs, mares et rivières, eaux des puits et forages, eaux de gouttière et celles de récupération de lavage… Les sources d’approvisionnement varient. Si les quantités d’eau personnelle que prélèvent les agriculteurs sont très difficilement estimables, l’agriculture dans le Maine-et-Loire consomme annuellement 45 millions de m3 d’eau potable, dont 42 % proviennent du sous-sol. Alors que la qualité de l’eau varie d’un type de prélèvement à l’autre, autant dire que la conception de son système d’approvisionnement en eau n’est pas simple. Quelle origine de l’eau ? Quelle utilité en faire selon sa provenance et quelles normes à respecter  ? Faut-il traiter l’eau prélevée ? Zoom sur les élevages sur le département.

Plus d'informations dans l'Anjou agricole du 29 juillet 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Cette action de délation gratuite et sans fondement est indigne d’une organisation internationale comme Greenpeace.

s’indigne C. Morançais, présidente du Conseil régional, suite à une campagne de Greenpeace recensant de manière péjorative des fermes qui ne correspondent pas à leur vision de modèle agricole

Le chiffre de la semaine
1,20
Le 3 décembre, l’Assemblée nationale a confirmé une exonération de charges pour les employeurs de saisonniers agricoles, avec un seuil de 1,20 Smic pour 2019 et 2020.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui