L'Anjou Agricole 06 février 2018 à 01h00 | Par L'Anjou Agricole

Ebourgeonner : choisir de limiter la douleur

Le jeudi 1er février, les vétérinaires du GDS 49, organisaient une formation à destination des éleveurs afin de les sensibiliser à la pratique de l’écornage et leur apprendre les bons gestes pour gagner en autonomie.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Après l’écornage, il faut s’assurer que la peau est bien désolidarisée tout autour du bourgeon : un anneau blanc de cautérisation doit être visible.
Après l’écornage, il faut s’assurer que la peau est bien désolidarisée tout autour du bourgeon : un anneau blanc de cautérisation doit être visible. - © AA

"Le but de cette journée est que tous les éleveurs présents puissent s’entraîner à faire une anesthésie locale, puis à manipuler les écorneurs », expliquent les vétérinaires du GDS 49 lors de cette journée de formation. L’écornage est, en effet, une pratique souvent jugée pénible par les éleveurs, qui doivent également gérer la douleur liée à l’opération. (...) Pour limiter la douleur, les vétérinaires présents préfèrent orienter les éleveurs sur l’ébourgeonnage, plutôt que sur l’écornage. « Lorsque les veaux ont moins de 2 mois, le bourgeon cornual n’est pas encore soudé à l’os du crâne. Après 2 mois en revanche, la zone est richement vascularisée et le système nerveux est développé ». (...) 2 types d’écorneurs thermiques ont été essayés durant l’après-midi :  l’Express, à gaz, à privilégier pour les veaux plus âgés, et le Horn’Up, fonctionnant sur batterie avec une tête en vitrocéramique, pour les veaux plus jeunes, ayant moins de 4 semaines. (...)

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou Agricole du vendredi 9 février 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Les négociations commerciales en cours doivent aboutir à un niveau de valorisation des coûts qui prend en compte la hausse des charges de production pour les éleveurs caprins

demande Coop de France dans un communiqué de presse du 16 janvier.

Le chiffre de la semaine
989
En Pays-de-la-Loire, on recense 989 entreprises de travaux agricoles, dont 573 employeuses de main d'œuvre. Cela représente près de 6 000 actifs (2 400 ETP).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui