L'Anjou Agricole 21 décembre 2016 à 10h00 | Par L'Anjou Agricole

Economie : l’impact de la concentration des GMS

Au cours d’une réunion du comité de suivi des relations commerciales qui s’est tenue le 20 décembre à Bercy, un rapport d’audit de la Loi de modernisation de l’économie (LME) de 2008 par trois économistes a permis de souligner l’impact de la concentration de la distribution sur les fournisseurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La FNSEA estime que si la loi Sapin 2 comporte plusieurs avancées, « pour être pleinement effective cette loi mérite d’être complétée par une refonte plus en profondeur de la LME ».
La FNSEA estime que si la loi Sapin 2 comporte plusieurs avancées, « pour être pleinement effective cette loi mérite d’être complétée par une refonte plus en profondeur de la LME ». - © S.Bourgeois

Ce travail « met en évidence une baisse des prix à la consommation résultant directement de la mise en œuvre de la LME, et insiste sur la nécessité d’une vigilance soutenue quant à l’impact, sur les fournisseurs et les consommateurs de la concentration du secteur de la distribution alimentaire en France », rapportent les ministères de l’Économie et de l’Agriculture et le secrétariat à l’Industrie.

 

À l’issue de cette réunion, l’Association nationale des industries alimentaires (Ania) a indiqué que « de nombreuses pratiques abusives contraires à la loi perdurent et s’intensifient », citant, entre autres, des demandes imposées (par les distributeurs aux fournisseurs), sans négociations, de budgets promotionnels, etc. L’observatoire de l’Ania pour les négociations commerciales a recueilli « plus de 300 signalements de la part d’entreprises agroalimentaires en 2016 ».

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Nous exigeons des dérogations pour les filières où les alternatives n’existent pas ou sont très insuffisantes

ont déclaré 7 organisations de producteurs suite à la publication le d’un décret définissant les substances actives de la famille des néonicotinoïdes.

Le chiffre de la semaine
700 000 km
de haies entretenues en France par des éleveurs et agriculteurs. Grâce à leur travail et leurs animaux, les sols stockent le carbone, les prairies permettent l’épuration des eaux et la biodiversité se conserve sur nos terres.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui