L'Anjou Agricole 27 octobre 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Écorner tôt pour plus de facilité

L’écornage des veaux se développe et bénéficie d’amélioration techniques. Le point avec Nicolas Jeauneau, expert en contention et manipulation des bovins.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Nicolas Jeauneau est expert en contention et manipulation des bovins à Élevage Conseil Loire Anjou.
Nicolas Jeauneau est expert en contention et manipulation des bovins à Élevage Conseil Loire Anjou. - © AA

Pratiqué pour des raisons réglementaires, de gestion de troupeau et de sécurité, l’écornage de veaux n’en reste pas moins un geste technique délicat. Dans ce contexte, Nicolas Jeauneau, expert en contention et manipulation des bovins, pour Élevage Conseil Loire Anjou organisait, mardi 11 octobre, une démonstration d’écornage au Gaec des 3 sources à Nueilsur- Layon. « La corne est dangereuse pour l’homme comme pour les vaches, explique le technicien. Les animaux écornés sont plus facile à manipuler en élevage, en transport et à l’abattoir. Écorner permet donc de diminuer les risques sanitaires et les causes de dépréciation des viandes et des cuirs...

Retrouvez cet article dans l'Anjou agricole du 28 octobre 2016. A découvrir également dans cette page, les 4 points importants pour réussir l'écornage des veaux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

[Nous faisons] l’amer constat que la guerre des prix se poursuit entre les enseignes de la grande distribution.

La FNSEA, les JA, l’Ania et Coop de France demandent à l’administration d’« intensifier » les contrôles et de publier les sanctions prises grâce au dispositif du “name and shame”.

Le chiffre de la semaine
220
Dans le Maine-et-Loire en 2018, 220 installations ont vu le jour, dont 117 avec les aides. Pour 450 départs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui