L'Anjou Agricole 19 décembre 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

EGA : ' la future loi sera une expérimentation pour 2 ans '

La présidente de la FNSEA aborde cette semaine de clôture des États généraux de l’alimentation « avec beaucoup d’attente ».

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Christiane Lambert demande au président de la République et au Premier ministre " de ne rien lâcher ", d’autant que " les distributeurs sont redevenus des prédateurs dans les négociations en cours, avec des demandes de baisse des prix allant de 2 à 10 % et une volonté de faire payer aux industries les ruptures d’approvisionnement en beurre ".
Christiane Lambert demande au président de la République et au Premier ministre " de ne rien lâcher ", d’autant que " les distributeurs sont redevenus des prédateurs dans les négociations en cours, avec des demandes de baisse des prix allant de 2 à 10 % et une volonté de faire payer aux industries les ruptures d’approvisionnement en beurre ". - © Actuagri

" Les agriculteurs veulent du concret ", a-t-elle insisté le 18 décembre. La FNSEA demande que cinq points apparaissent clairement dans la future loi de modernisation des relations commerciales : vulgariser les contrats qui prennent en compte les coûts de production ; une possible renégociation des prix de la part des industries agroalimentaires auprès des distributeurs ; l’encadrement des promotions ; une sanction des prix abusivement bas ; un seuil de revente à perte (SRP) " correctement appliqué et non dévoyé ".

 

Selon les premiers éléments qui lui ont été présentés par le ministère de l’Agriculture, le projet de loi reprend une bonne partie de ces points, " mais ce n’est pas clair sur la renégociation et il ne s’agirait que d’une expérimentation pour 2 ans ", a précisé Christiane Lambert. Quant au seuil de revente à perte, " il y a beaucoup de vents contraires, a-t-elle insisté. Il est hors de question que ce soit 2 % comme le veut M.-E. Leclerc. Nous demandons 15 % ".

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Ça coince sur la répartition de la valeur.

selon la FNPL. La répartition de la valeur a été au coeur des discussions du conseil d’administration du Cniel du 11 juillet.

Le chiffre de la semaine
36,1 Mt
Selon les dernières estimations au 1er juillet, la production française de blé tendre atteindrait 36,1 millions de tonnes (Mt), en léger recul de 1,3 % par rapport à l’année précédente, annonce le ministère de l’Agriculture dans une note de conjoncture le 10 juillet.