L'Anjou Agricole 06 novembre 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

EGalim : la charte pour les négociations commerciales à la signature

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Les représentants des agriculteurs, des industriels et des distributeurs se sont réunis le 3 novembre au ministère de l'Agriculture pour négocier une charte de bonne conduite en vue des négociations commerciales, annonce le ministère. Cette réunion, en présence de Stéphane Travert, avait pour but de « finaliser un projet de charte d'engagement » qui « vise à confirmer les principaux éléments de consensus issus des ateliers nationaux du 1er chantier » des EGA, notamment dans le cadre des négociations commerciales avec la grande distribution, selon un communiqué. « La réunion de travail de ce jour a permis aux parties prenantes d'avancer vers une rédaction commune. L'objectif partagé est que la charte puisse être signée dans les prochains jours par l'ensemble des acteurs volontaires », ajoute le texte. Cette charte permettra, selon le ministère, d'anticiper certaines mesures comme la prise en compte du coût de production dans les prix à la consommation. Mais Michel-Edouard Leclerc était absent le 3 novembre.

« La FNSEA est très attachée à la signature de cette charte car on voit bien, à travers l'illustration du beurre, que la distribution est toujours aussi dure dans les négociations », a réagi Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, le 3 novembre. Dans l'attente de la loi de 2018, « les négociations avec la grande distribution ne doivent pas se passer comme avant », a-t-elle insisté. Pour la présidente de la FNSEA « un consensus s'est dégagé entre les acteurs pour respecter l'esprit des États généraux », même s'il reste « deux ou trois petites choses à caler » au niveau de la rédaction de la charte. Concernant l'absence de Michel-Edouard Leclerc le 3 novembre au ministère de l'Agriculture, « je lui ai envoyé un message pour qu'il soit présent lors de la signature », dit Christiane Lambert qui salue le travail de Stéphane Travert pour faire aboutir cette charte.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui