L'Anjou Agricole 10 août 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

EGalim: la FNPL dénonce une mauvaise coprésidence

Pour la Fédération nationale des producteurs de lait, « l’avenir des éleveurs » est « entre les mains de l’industrie laitière et de la grande distribution ».

Abonnez-vous Réagir Imprimer
&copy Actuagri" class="lightbox" >La FNPL estime sa présence « indispensable […] à cet atelier et à ceux visant à
La FNPL estime sa présence « indispensable […] à cet atelier et à ceux visant à "partager la valeur" », pour pouvoir a minima, « équilibrer » les échanges. - © Actuagri

C’est le constat qu’elle dresse de la nomination des représentants de Danone et de Système U à la coprésidence de l’« atelier emblématique » des États généraux de l’alimentation sur la rémunération des produits agricoles, indique-t-elle dans un communiqué du 4 août. Sans remettre en cause « la probité des personnes nommées », la FNPL s’interroge sur la capacité d’« une multinationale de l’agroalimentaire » et de « la grande distribution » à « résoudre le problème de la rémunération des agriculteurs » alors que « la distribution et l’industrie agroalimentaire se livrent une guerre économique sans merci et se renvoient la balle quant à leur responsabilité dans l’appauvrissement du maillon de la production agricole ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.