L'Anjou Agricole 15 septembre 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

EGalim : Les députés vent debout contre le « mépris » du fils du P.D.G de Bigard

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Réussir-JC Gutner

« C’est la première fois que je vois ce type d’attitude », s’est exclamé Dominique Potier (PS), député, lors de l’audition de Maxence Bigard par la Commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale, le 13 septembre. « On ne peut pas mépriser le débat démocratique », a-t-il souligné. Maxence Bigard a pris la place de son père, Jean-Paul Bigard, p.-d.g. du groupe Bigard, qui n’a pu « être présent aujourd’hui », selon ses propos. Plusieurs autres députés se sont insurgés face à son attitude, dont le président de la Commission, qui lui a précisé qu’« en général, ce sont les députés qui posent les questions ». « On est dans la parrain ou dans une commission d’audition à l’assemblée nationale ? », s’est exclamé François Ruffin (FI), dans un contexte de tension que cherchait à apaiser Mathieu Pecqueur, directeur général adjoint de Culture viande. « Je prends acte de vos questions », a répondu Maxence Bigard. A la question de la non publication des comptes de l’entreprise, rendue pourtant obligatoire par la loi Sapin 2, il a répondu : « Nous achetons 25 000 bovins par semaine que nous payons toutes les semaines ». « Comment voulez-vous travailler à la transparence, si vous-même devant les élus que nous sommes, dans ce lieu de fabrique de la loi, vous ne répondez à nos questions », a fait observer le député Richard Ramos (MoDem).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Cette action de délation gratuite et sans fondement est indigne d’une organisation internationale comme Greenpeace.

s’indigne C. Morançais, présidente du Conseil régional, suite à une campagne de Greenpeace recensant de manière péjorative des fermes qui ne correspondent pas à leur vision de modèle agricole

Le chiffre de la semaine
1,20
Le 3 décembre, l’Assemblée nationale a confirmé une exonération de charges pour les employeurs de saisonniers agricoles, avec un seuil de 1,20 Smic pour 2019 et 2020.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui