L'Anjou Agricole 03 octobre 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Élevage allaitant : les aides bovines de la PAC 2015 versées en totalité

Comme le précise le ministère de l’Agriculture, dans un communiqué du 30 septembre, bien que le solde des aides couplées de la PAC 2015 en faveur des élevages bovins viande ait été versé sur le compte des agriculteurs fin mai 2016, il restait à finaliser certains éléments.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Il s’agissait notamment pour le ministère de ne pas dépasser 3 845 000 vaches primées.
Il s’agissait notamment pour le ministère de ne pas dépasser 3 845 000 vaches primées. - © AA

« Deux paramètres fixés en mai ont pu être ajustés au réel pour optimiser l’aide versée », souligne le ministère. Il s’agit du montant de l’aide pour les 50 premières vaches, revalorisé à 175,50 € par vache au lieu de 174 €. Et le nombre de femelles primées est finalement presque identique à celui des femelles éligibles (ratio de 99% au lieu de 97% initialement prévu).

 

Ovins : la FNO 'scandalisée' par un décalage de calendrier dans les ATR

Dans un communiqué du 30 septembre, la Fédération nationale ovine (FNO) se dit « scandalisée » car les éleveurs d'ovins devront « attendre novembre alors que les autres filières bénéficieront des aides couplées dans leur apport de trésorerie remboursable (ATR) » . Selon le syndicat, les années passées, les éleveurs de brebis touchaient une avance de leurs aides PAC dès le mois septembre pour les Indemnités de handicap naturel (ICHN) et octobre pour l’ensemble des autres aides PAC. La FNO considère cela comme une discrimination, surtout que la trésorerie des éleveurs de mouton est comme les autres trésoreries exsangues.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui