L'Anjou Agricole 29 septembre 2017 à 16h00 | Par L'Anjou Agricole

Elevage et véganisme : des positions difficiles à accorder

A l’occasion du Monde Festival, la présidente de la FNSEA est venue débattre avec Brigitte Gothière, porte-parole de l’association L214 qui prône l’égalité entre espèces et l’abolition de l’élevage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Devant une salle partagée, Christiane Lambert a su, à de nombreuses reprises, soulever les incohérences et trouver les mots pour défendre son métier, insistant sur les progrès réalisés par les éleveurs en matière de bien-être animal.
Devant une salle partagée, Christiane Lambert a su, à de nombreuses reprises, soulever les incohérences et trouver les mots pour défendre son métier, insistant sur les progrès réalisés par les éleveurs en matière de bien-être animal. - © Capture d'écran le monde.fr

« Pour nous, les animaux ne doivent pas être des ressources alimentaires », a rappelé d’emblée Brigitte Gothière, porte-parole de l’association L214, lors du débat organisé le 23 septembre par le Monde Festival et intitulé « Demain, tous végans ? ».

Une posture logiquement inacceptable pour Christiane Lambert, la présidente de la FNSEA, qui intervenait face à elle et qui de son côté « ne croi[t] pas à un monde végan ». « Les nutritionnistes le disent, on a besoin de lait, de viande, pour être en bonne santé », ajoute-t-elle.

Une affirmation néanmoins contestée par Renan Larue, professeur d’université qui vient de créer un cours sur le véganisme à l’université de Californie. Pour lui, « un régime végétarien ou végétarien bien équilibré apporte tous les nutriments » et rend donc inutile l’exploitation animale. « On devrait élargir aux animaux de rente la logique qui fait que l’on condamne les mauvais traitements sur les animaux de compagnie », ajoute-t-il. « Une société végan existe déjà ici et maintenant, poursuit-il, puisque les végans parviennent très bien à vivre parmi nous ».

Derrière la question de la philosophie de vie se pose néanmoins celle de la demande du consommateur qui, à plus de 97 %, continue à vouloir consommer de la viande. Et si Brigitte Gothière estime que les vidéos de son association ont pour but de « recréer le lien entre la viande dans l’assiette et l’animal qui existait avant », Christiane Lambert tient elle aussi à mettre sur le devant de la scène un certain nombre de vérités méconnues sur l’élevage. « Il n’y a qu’une seule ferme de 1 000 vaches en France, 98 % des exploitations françaises comptent moins de 150 vaches, pour une taille moyenne de 56 vaches », explique-t-elle.

De même pour l’élevage porcin, où la moyenne française tourne autour de 180 truies, « loin des élevages de 5 000 truies en Allemagne, de 10 000 truies en Pologne, ou même de 54 000 truies en Chine », poursuit-elle. « L’élevage industriel est ailleurs, pas en France », tient à souligner la présidente de la FNSEA.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La seule méthode de substitution à cette molécule servant à la désinfection des sols en maraîchage est la désinfection à la vapeur.

a déclaré J. Rouchaussé, président de Légumes de France, suite à l’annonce par l’Anses du retrait des autorisations de mise sur le marché des produits phytos à base de métam-sodium

Le chiffre de la semaine
1er
Les Pays-de-la-Loire sont les 1er sur le plan national en production de viande bovine.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui