L'Anjou Agricole 03 novembre 2015 à 13h00 | Par L'Anjou Agricole

Elevage : hausse de 11,8 % des ventes d'antibiotiques en 2014, selon l'Anses

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

«En 2014, les ventes d'antibiotiques vétérinaires ont progressé de 11,8 %», annonce Gérard Moulin, directeur de recherche à l'Anses, le 2 novembre lors d'un colloque de l'organisme sur l'antibiorésistance en élevage.

Il précise bien que «sur les cinq dernières années, les ventes ont diminué de 23 % et, depuis 1999, la baisse est de 40,4 %». En élevage porcin, depuis 2010, à la suite d'un "effet de restriction volontaire" de la part de la filière et surtout des éleveurs, la vente d'antibiotiques a chuté de près de 80 %, selon lui.


Chiffres à prendre avec beaucoup de précautions

Il alerte cependant sur la spécificité des chiffres de 2014, peu représentatifs des autres années. Une nouvelle réglementation interdisant les remises, rabais et ristournes sur la vente d'antibiotiques, inscrite dans la Loi de modernisation agricole et entrée en vigueur au 1er janvier 2015, a fortement incité à des phénomènes de stockage de la part des acheteurs.

Gérard Moulin a également rendu public les résultats d'une étude de 2013 au niveau européen (rapport ESVAC) qui indique que la France consomme en moyenne 94 mg d'antibiotiques par kilos de biomasse animale contre 109,7mg/kg pour le reste de l'Europe. « Ces chiffres sont les résultats d'une approche globale et ils sont à prendre avec beaucoup de précaution », a-t-il bien spécifié.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Si des solutions techniques alternatives au désherbage chimique existent, elles ne sont pas encore adoptables par tous les arboriculteurs.

indique le CTIFL (centre technique), dans un communiqué du 26 mai

Le chiffre de la semaine
8,2 millions d'euros
Horticulture : dans le Maine-et-Loire, la destruction des plantes et fleurs, suite à la crise du Covid-19, a entrainé une perte de 8,2 millions d'euros (source FNPHP Grand Ouest)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui