L'Anjou Agricole 05 février 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Elevage laitier : bientôt 120 vaches à traire au Gaec Guicheteau

Le Gaec Guicheteau à Saint-Christophe-du-Bois, aouvert ses portes le 29 janvier, dans le cadre de la journée Elevage Conseil sur le thème de l’agrandissement des troupeaux.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le Gaec Guicheteau va agrandir son cheptel prochainement.
Le Gaec Guicheteau va agrandir son cheptel prochainement. - © AA

Depuis son installation avec son frère Michel en 1980, Louis-Marie Guicheteau, associé du Gaec Guicheteau à Saint-Christophe-du-Bois, aura vu son troupeau laitier multiplié par cinq, voire six bientôt. D’une vingtaine de vaches à l’époque, à plus d’une centaine à ce jour.

Aujourd'hui, le choix du Gaec est de renforcer l’élevage laitier et de diminuer le troupeau allaitant à terme. «L’objectif est d’atteindre 115 à 120 vaches à traire. Pour un effectif plafond de 140 vaches présentes », explique Louis-Marie Guicheteau.

Un agrandissement de cheptel (ou une fusion de deux cheptels) est une période à risque pour un élevage, explique Christine Richard, vétérinaire à Elevage Conseil Loire Anjou. Pour éviter le développement de maladies d’élevage, "le maître-mot est l’anticipation. Six mois avant l’agrandissement, il est conseillé d’évaluer les risques existant dans les cheptels d’origine, de hiérarchiser ces risques, puis de fixer des seuils d’alerte pour chaque maladie".

Lire l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 6 février 2015.




Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui