L'Anjou Agricole 08 avril 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Elevage : les trois chantiers de Manuel Valls

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © La Marne agricole - Perrin

Invité au Congrès mondial de la Brune à Mende, le 8 avril, en présence de Xavier Beulin, le Premier ministre a assuré que le Gouvernement ne laisserait « pas tomber » les éleveurs. Ainsi a-t-il annoncé la mobilisation des pouvoirs publics sur « trois chantiers ».

Celui d’abord de la régulation des marchés agricoles. « C’est le combat des agriculteurs qui savent les dégâts d’une volatilité excessive des prix et c’est aussi le combat que la France mène dans les enceintes internationales et à Bruxelles », a-t-il indiqué devant les responsables de l’élevage. Car « une vision ultra-libérale qui ne tienne pas compte de la réalité de l’agriculture de chaque pays, qui soit basée uniquement sur une concurrence frénétique, tuera nos agriculteurs », a-t-il ajouté. En précisant au passage, l’engagement de la France sur le dossier laitier pour encourager des mesures volontaires de réduction de la production dans toute l’Europe « qui ne seront efficaces que si elles sont financées par l’Union européenne ».

Le deuxième chantier porte sur les échanges internationaux pour qu’ils « ne se fassent pas au détriment de certaines productions ». « Nous serons très vigilants, très exigeants, très mobilisés (…) dans les négociations avec les Etats-Unis ou les pays du Mercosur, en particulier en ce qui concerne l’élevage », a insisté le Premier ministre.

Enfin le troisième chantier vise à faire en sorte que « la consommation de viande et la lutte contre le changement climatique aillent de pair ». « Ce qui veut dire lutter contre les effets de serre, contre le gaspillage et promouvoir une certaine sobriété ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui