L'Anjou Agricole 11 décembre 2014 à 08h00 | Par L

Elevage - Valoriser le pâturage en terre séchante grâce à la jersiaise

La race rustique a prouvé son efficacité alimentaire au Gaec de la Jutière.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean-yves Onillon et son fils Gilles ont accueilli des éleveurs intéressés par la race lors d'une journée organisée par Jersiaise France.
Jean-yves Onillon et son fils Gilles ont accueilli des éleveurs intéressés par la race lors d'une journée organisée par Jersiaise France. - © AA

 

Au Gaec de la Jutière, à Chanzeaux, on élève des jersiaises depuis 2008 sur un sol de nature séchante, au plein coeur de l'appellation Coteau du Layon. Cette contrainte a amené les deux associés à bien réfléchir leur système de culture. "75 % de notre surface est herbagère", explique Jean-Yves Onillon, l'un des associés, lors d'une journée portes ouvertes, le mardi 2 décembre, organisée par Jersiaise France. "Comme nous sommes un peu juste au niveau du bâtiment, nous privilégions au maximum le pâturage..."


Le choix du mélange alimentaire, le changement de race, tous les détails du fonctionnement du Gaec de la Jutière sont en page 8 de l'Anjou agricole du 12 décembre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui