L'Anjou Agricole 13 septembre 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Éleveurs de l’Ouest : un tarif compétitif pour diminuer les factures d’électricité

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © S. Leitenberger

Direct Energie garantit un prix minimal de vente de l’électricité aux éleveurs du grand Ouest, selon un communiqué de presse du 12 septembre commun à l’Union des groupements de producteurs de viande de Bretagne (UGPVB), l’Union régionale des groupements de producteurs de porcs des Pays-de-la-Loire (URCA), l’Union régionale des groupements bovins du Grand-Ouest (URGO) et à l’Union normande des groupements porcs (UNGP). En effet, Direct Energie a répondu à l’appel d’offre lancée par les quatre organismes. « L’objectif est de permettre aux éleveurs possédant un compteur électrique en tarif bleu base et bleu heures pleines/heures creuses de bénéficier d’un prix attractif », souligne le communiqué. « Indexé sur l’évolution du tarif réglementé, assurant ainsi un prix toujours inférieur à ce tarif réglementé », la proposition retenue affiche - 3 % sur le prix de l’abonnement HT et - 10 % sur le prix du kWh HT. Les éleveurs intéressés et membres de l’une des 24 organisations de producteurs inscrites dans la démarche ont jusqu’au 25 septembre pour y participer.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

[Nous faisons] l’amer constat que la guerre des prix se poursuit entre les enseignes de la grande distribution.

La FNSEA, les JA, l’Ania et Coop de France demandent à l’administration d’« intensifier » les contrôles et de publier les sanctions prises grâce au dispositif du “name and shame”.

Le chiffre de la semaine
220
Dans le Maine-et-Loire en 2018, 220 installations ont vu le jour, dont 117 avec les aides. Pour 450 départs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui