L'Anjou Agricole 20 avril 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Elue localement, elle s’ouvre à de nouveaux horizons

Depuis 2014, l’éleveuse de chèvres, Claire Piet est conseillère municipale à La Chapelle-Rousselin. Son mandat lui a permis de participer à la construction de la nouvelle commune Chemillé-en-Anjou.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Depuis 2014, Claire Piet concilie son travail dans son élevage caprin et ses responsabilités au conseil municipal de La Chapelle-Rousselin.
Depuis 2014, Claire Piet concilie son travail dans son élevage caprin et ses responsabilités au conseil municipal de La Chapelle-Rousselin. - © AA

En tant qu’agricultrice et conseillère municipale de la Chapelle-Rousselin, l’éleveuse caprine Claire Piet, a « trouvé son équilibre ». Avec un mari engagé auprès de Jeunes agriculteurs 49, Claire Piet a, elle aussi, eu envie d’apporter sa pierre à l’édifice. En 2014, quand l’exploitation a atteint son rythme de croisière, une fois les travaux de la maison terminés, « j’ai eu envie de m’investir localement ». Pas forcément dans l’agriculture. Finalement, Patrice Grenouilleau lui propose de rejoindre sa liste de conseillers municipaux. « J’ai bien réfléchi avant de me lancer par rapport aux responsabilités que cela demandait. »

Retrouvez l'article complet dans l'Anjou Agricole du 21 avril 2017 en cliquant sur le lien.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui