L'Anjou Agricole 27 février 2020 à 10h00 | Par AA

Elus-agriculteurs, faire le choix du local

Traditionnellement, les agriculteurs ont une implication très forte dans les communes rurales. Si les compétences des communes tendent à diminuer, les élus agriculteurs permettent d’appuyer certains dossiers, comme ceux de l’alimentation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

L’image des produits locaux est très bonne, selon une étude réalisée en 2019 par l’Ifop. Pour 95 % des français, ces produits permettent de soutenir l’agriculture. Pour
90 %, ils sont gages de traçabilité et de confiance. Partout en France, l’engouement pour les produits alimentaires locaux se confirme.  Pour  les  agriculteurs,  les  filières  agroalimentaires  et  leurs  territoires,  il  s’agit  d’une formidable  opportunité  de  développement.  Les  communes  et  intercommunalités, par leurs compétences, sont au cœur de ce développement alimentaire.


Du local dans les cantines
Ainsi, à Erdre-en-Anjou, Françoise Passelande est élue depuis 6 ans et termine son premier mandat. Elle a vu arriver avec les communes nouvelles « une vue différente du rôle d’élu avec un mandat atypique ». Françoise Passelande est également agricultrice, éleveuse de charolaise avec son mari, sur la commune déléguée de Brain-sur-Longuenée. Durant son mandat, elle a participé à la création d’un groupement de 6 éleveurs de bovins, dont elle fait partie, qui approvisionnent les cantines scolaires d’Erdre-en-Anjou. « Nous sommes venus étoffer la gamme de produits locaux ». Ainsi, une fois toutes les deux semaines, sauté de bœuf et saucisses sont au menu des cantines des quatre municipalités (La Pouëze, Brain-sur-Longuenée, Vern-d’Anjou et Gené) de la ville. Un volume de 50 kg, représentant 500 à 600 repas.


Défendre l’agriculture en s’investissant
Si aujourd’hui la plupart des décisions concernant l’agriculture sont prises à une échelle nationale, voire européenne, la relocalisation de l’alimentation passe par une relocalisation du pouvoir, comme l’indique Françoise Passelande :
« Il faut rester local au niveau des décisions, comme au niveau de l’alimentation. C’est le meilleur moyen d’avoir une importance ». Le reproche qui a été fait aux élus d’Erdre-en-Anjou lors d’une concertation citoyenne, celui d’être trop éloigné du terrain, encourage l’élue à intensifier ce “localisme”.
« En tant qu’agriculteur, il faut être dans les conseils. Le paysage agricole va changer, nous sommes en pleine mutation. Il va falloir défendre la profession agricole, et le meilleur moyen passe par une implantation locale des agriculteurs, tant pour le dialogue que pour les actions concrètes, telles que dans les cantines ». En effet, à l’heure où la dynamique est de 3 départs pour 1 installation, les agriculteurs dans les conseils municipaux se font rares. Sur la liste de Françoise Passelande, ils sont 3 sur 33. Moins d’exploitants, plus de travail. L’équation est simple, et inquiète l’élue : « Avec mon mari, nous sommes à 3 ans de la retraite. Nous n’avons pour l’instant pas de repreneur pour l’exploitation. Nous ne sommes pas fermés, même si nous souhaiterions installer un jeune. Ce serait bien qu’il y ait des maraîchers sur la commune également ». En effet, la demande en fruits et légumes locaux est élevée, mais l’offre est faible. « Là encore, en tant qu’élus nous pouvons avoir un rôle pour faciliter l’installation d’agriculteurs ».
Françoise Passelande se présente en tant que conseillère communale sur la liste Terres d’Avenir 2020, face à la liste de la maire sortante.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Suite aux importantes précipitations qui ont occasionné beaucoup de retard dans les chantiers notamment les travaux d’entretien des haies, demande a été faite pour obtenir des dérogations sur les délais d’intervention

indique la Fédération des EDT Pays de la Loire.

Le chiffre de la semaine
+ 80
En Maine-et-Loire, le préfet a accordé, à la date du 2 avril, plus de 80 ouvertures de marchés.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui