L'Anjou Agricole 01 mars 2017 à 17h00 | Par L'Anjou Agricole

Emmanuel Macron sur une ferme angevine

Emmanuel Macron a échangé avec les agriculteurs de Maine-et-Loire, de la FDSEA et JA, sur l’exploitation d’Anthony Ménard (Gaec des Buissons), mardi 28 février, à Saint-Lambert-la-Potherie.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Anthony Ménard, agriculteur au Gaec des Buissons (Saint-Lambert-la-Potherie) et le candidat Emmanuel Macron.
Anthony Ménard, agriculteur au Gaec des Buissons (Saint-Lambert-la-Potherie) et le candidat Emmanuel Macron. - © AA

Emmanuel Macron a présenté le 28 février son programme pour l'agriculture dans une ferme de Mayenne, avnat de rendre au Gaec des Buissons, en Maine-et-Loire. Emmanuel Macron a donné comme objectif principal à son programme de « redonner du pouvoir aux producteurs », tout en refusant de commenter précisément les négociations avec le géant laitier Lactalis, accusé d'étrangler financièrement les producteurs. L'ancien ministre de l'Economie a notamment proposé de « généraliser les associations de producteurs », quitte à assouplir les règles européennes sur la concurrence et les cartels. Il s'est également dit prêt si nécessaire à revenir sur la loi de modernisation économique de 2008, qui a introduit une négociation annuelle "qui pressure les producteurs".

Emmanuel Macron propose également «un programme d'investissement d'avenir agricole» de 5 milliards d'euros sur cinq ans pour moderniser les exploitations françaises. Les «services environnementaux» rendus aujourd'hui gratuitement par les agriculteurs seraient par ailleurs rémunérés à hauteur de 200 millions d'euros. Enfin il a proposé d'organiser «un Grenelle de l'alimentation» dès les premiers mois du quinquennat pour «réconcilier» les agriculteurs, les consommateurs et les acteurs de l'environnement.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Cette action de délation gratuite et sans fondement est indigne d’une organisation internationale comme Greenpeace.

s’indigne C. Morançais, présidente du Conseil régional, suite à une campagne de Greenpeace recensant de manière péjorative des fermes qui ne correspondent pas à leur vision de modèle agricole

Le chiffre de la semaine
1,20
Le 3 décembre, l’Assemblée nationale a confirmé une exonération de charges pour les employeurs de saisonniers agricoles, avec un seuil de 1,20 Smic pour 2019 et 2020.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui