L'Anjou Agricole 30 avril 2020 à 10h00 | Par AA

En arboriculture, la saison se profile bien

Les arboriculteurs du département sont assez confiants pour la récolte de l'année. A condition que la météo soit clémente.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Chez Sylvain Kupperroth, les travaux vont bon train. Tous les indicateurs, ou presque, sont au vert pour que la saison soit bonne.
Chez Sylvain Kupperroth, les travaux vont bon train. Tous les indicateurs, ou presque, sont au vert pour que la saison soit bonne. - © Sylvain Kupperroth

Cette année, pas de quoi s'inquiéter en arboriculture. Le coup de froid est passé, la pluie est tombée et la floraison s'est bien déroulée. La récolte devrait être bonne.


De l'avance dans les vergers
Pourtant, il y a quelques semaines, l'inquiétude était présente chez les arboriculteurs du département. Les températures sont descendues à -2 °C chez Jean-Laurent Laval, arboriculteur à Trélazé. Sylvain Kupperroth, producteur de pommes, de poires et de kiwis, à Longué-Jumelles,  conserve son arsenal de protection jusqu'au 15 mai, « au cas-où ». Le début de printemps, relativement doux, a épargné les vergers d'un épisode de gel destructeur. Et pour cause, la floraison était bien avancée. Chez Albert Richard, arboriculteur sur 30 ha à Corzé, et président de la coopérative Vergers d'Anjou, « les arbres ont une dizaine de jours d'avance ». La récolte de ses 30 ha de pommes est estimée au 20 août, et celle des cerises au 25 mai.  Dans les vergers, la taille est terminée. L'heure est à l'installation de moyens de lutte contre les carpocapses (filets, confusion sexuelle), à la surveillance sanitaire ou encore à l'apport d'engrais.


La pression maladie est limitée
Chez Baptiste et Guy Grilleau, aux Vergers de Saint-Jean de l'Isle, à Saint-Rémy-la-Varenne, pas question d'utiliser des intrants de synthèse. L'exploitation est en agriculture biologique depuis 2003. « On utilise la confusion sexuelle contre les carpocapses, ce qui fonctionne très bien. Il n'y a que sur les prunes que nous utilisons des filets alt'carpo. Ils sont efficaces mais demandent plus de temps », détaille Baptiste Grilleau. La confusion sexuelle est également une méthode utilisée par Sylvain Kupperroth, Jean-Laurent Laval et Albert Richard, tous trois en vergers éco-responsables.  La surveillance sanitaire est donc de mise dans les vergers. Avec une grosse inquiétude pour AlbertRichard, sur ses cerises. La drosophila suzukii est un ravageur redoutable des petits fruits. « Il y a toujours des dégâts, on peut perdre de 10 à 30 % de la récolte », déplore le président des Vergers d'Anjou.


La crainte d'une période sèche
Principal sujet de discussion en agriculture : la pluie. Les arboriculteurs, tous en goutte à goutte, ont même hésité à redémarrer l'irrigation. « L'année dernière, j'avais eu tout juste assez d'eau pour ne pas dépasser mon quota », témoigne Baptiste Grilleau. L'irrigation devient un sujet de plus en plus prégnant pour les arboriculteurs. Les phénomènes extrêmes vont s'intensifier, notamment les vagues de chaleur. « Grâce au système de goutte à goutte, on diminue l'utilisation d'eau. Mais il va falloir aborder le sujet dans les années à venir, car c'est un enjeu primordial en arboriculture », détaille Sylvain Kupperoth.

Chez Richard Douaire, producteur à Broc, l'aspersion a allié efficacité et beauté.
Chez Richard Douaire, producteur à Broc, l'aspersion a allié efficacité et beauté. - © Richard Douaire

Article complet dans l'Anjou Agricole du 1er mai.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Si des solutions techniques alternatives au désherbage chimique existent, elles ne sont pas encore adoptables par tous les arboriculteurs.

indique le CTIFL (centre technique), dans un communiqué du 26 mai

Le chiffre de la semaine
8,2 millions d'euros
Horticulture : dans le Maine-et-Loire, la destruction des plantes et fleurs, suite à la crise du Covid-19, a entrainé une perte de 8,2 millions d'euros (source FNPHP Grand Ouest)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui