L'Anjou Agricole 19 octobre 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

En Cuma, il sème plus tôt pour ­éviter l’affluence

Agriculteur sur la commune de ­Bourgneuf-en-Mauges, Anthony Gallard a décidé de commencer à semer plus tôt que les autres pour pouvoir profiter au mieux du matériel de sa Cuma.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Anthony Gallard est agriculteur au sein de l’EARL de la Bonnière sur la commune de Bourgneuf-en-Mauges.
Anthony Gallard est agriculteur au sein de l’EARL de la Bonnière sur la commune de Bourgneuf-en-Mauges. - © AA

Ciel nuageux mais pas pluvieux, le temps de mi-­octobre laisse peu de marge de manœuvre pour semer le blé. Malgré le manque d’eau, certains agriculteurs ont commencé les semis. C’est le cas d’Anthony Gallard, éleveur à l’EARL de la Bonnière, à Bourgneuf-en-Mauges. Jeudi 13 et vendredi 14 octobre, il était dans les champs pour semer ses 15 hectares de blé et d’orge dédiés. L’éleveur ne s’en cache pas, s’il a décidé, cette année, d’être parmi les premiers à semer, c’est pour profiter du matériel de la Cuma avant le “rush”. « La semaine du 17 octobre, c’est trop compliqué de s’organiser dans la Cuma, confie Anthony Gallard. Plusieurs agriculteurs attendent cette semaine, qui marque l’arrivée dans la deuxième moitié du mois d’octobre pour semer, mais semer jeudi ou lundi, ça ne change pas grand chose. »

 

Lire l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 21 octobre 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Les négociations commerciales en cours doivent aboutir à un niveau de valorisation des coûts qui prend en compte la hausse des charges de production pour les éleveurs caprins

demande Coop de France dans un communiqué de presse du 16 janvier.

Le chiffre de la semaine
989
En Pays-de-la-Loire, on recense 989 entreprises de travaux agricoles, dont 573 employeuses de main d'œuvre. Cela représente près de 6 000 actifs (2 400 ETP).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui