L'Anjou Agricole 04 mai 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

En Maine-et-Loire, un auteur de BD s’immerge dans le monde du végétal

A l’initiative du CRDA Baugeois-Vallée, une bande dessinée sur les métiers du végétal est en chantier à Mazé-Milon. Sortie en janvier 2018. Pour réaliser ce projet, François Salembier, auteur de BD angevin, va à la rencontre des acteurs du végétal spécialisé.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L'auteur de BD François Salembier, mercredi 3 mai avec des stagiaires en reconversion de la formation “ouvrier en production horticole” du CNPH de La Ménitré.
L'auteur de BD François Salembier, mercredi 3 mai avec des stagiaires en reconversion de la formation “ouvrier en production horticole” du CNPH de La Ménitré. - © AA

Une bande dessinée pour faire découvrir à tous, et surtout aux plus jeunes, les métiers du végétal. L’initiative a germé il y a quelques années déjà au sein du CRDA Baugois-Vallée. Elle va se concrétiser par une sortie annoncée en janvier prochain, une date pas choisie tout à fait au hasard. Juste avant le festival de BD d’Angoulême et à une période de portes ouvertes dans les établissements de formation, cette œuvre viendra parler de la multitude des métiers du végétal, insuffisamment connus du grand public. Et pourtant, sur le territoire de la Communauté de communes de Beaufort-en-Vallée, le végétal représente pas moins de 14 % des emplois, avec des entreprises leader dans leur domaine.


« Comment les gens vivent ces métiers »
Pendant deux mois, l’auteur-illustrateur François Salembier s’est immergé dans ce monde. Carnet de croquis et tablette numérique en main, il a rencontré aussi bien des stagiaires de la formation Adema (chercheurs d’emploi), que des chefs de produit marketing ou des sélectionneurs chez
Vilmorin, ou encore des conseillers en maraîchage.

Près d’une vingtaine de visites en tout, comprenant des acteurs du territoire autour de l’emploi et du végétal. « J’ai pu voir divers métiers, de la production, de l’usine, du laboratoire, du commercial et du marketing, apprécie le jeune auteur. Je cherche à savoir
comment les gens vivent ces métiers, ce qui les passionne ». Cette masse d’informations, de témoignages collectés, formera la matière première d’un récit qui n’est pas un reportage mais bien une fiction. « Ce sera une histoire, avec du suspense, et une touche d’humour », dévoile Emmanuelle Mounier, conseillère en développement à la Chambre d’agriculture.

Lire l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 5 mai 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui