L'Anjou Agricole 13 avril 2020 à 12h00 | Par AA

En vente directe, garder le contact avec la clientèle

La productrice de légumes Axelle Navineau, de Varennes-sur-Loire, parvient à écouler toute sa marchandise grâce à un point de vente improvisé chez un restaurateur angevin. Une initiative démarrée dès le début du confinement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

« J'ai déjà 260 contacts sur mon téléphone ». Maraîchère à Varennes-sur-Loire, Axelle Navineau cultive  une large gamme de légumes, et quelques fruits, sur 3 ha. Elle commercialise, en temps normal, toute sa production en direct, principalement sur le marché place Grégoire Bordillon (Angers). Avant l'interdiction des marchés angevins, elle avait commencé à prendre des commandes pour des clients qui ne voulaient plus se déplacer, se constituant ainsi un premier carnet d'adresses. Puis elle a distribué sa carte avec ses coordonnées, sur le dernier marché, et via une boulangerie. 
Tout s'est fait très vite ensuite. « Mardi 17 mars, dès l'annonce du confinement, un client restaurateur, Luc Pezot, le chef d'Au P'tit Resto, m'a proposé de mettre son restaurant à disposition pour un point de distribution », raconte l'agricultrice. Celle-ci a contacté la mairie d'Angers, qui lui a fourni une autorisation dès le jeudi. Le principe ? Les clients commandent jusqu'au mardi soir, pour une livraison le vendredi après-midi.  Résultat, toute sa marchandise est écoulée. Dans sa démarche, Axelle Navineau a embarqué également le producteur de volailles Loïc Rompillon (de Saint-Mathurin-sur-Loire) ainsi qu'un fromager.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Bien qu’une information plus claire sur les résidus de pesticides soit nécessaire, la stratégie de la peur de Générations futures (...) est contre-productive ».

estime Interfel, face à l’association de défense de l’environnement qui a demandé à la DGCCRF, de faire des bilans de résidus de pesticides séparés entre aliments bio et non bio.

Le chiffre de la semaine
11,2
MAÎS ENSILAGE : selon l'Agreste, avec 11,2 tMS/ha, la saison est correcte, et l’augmentation de la surface (+ 8 %) aura permis de refaire les stocks.