L'Anjou Agricole 20 juin 2017 à 09h00 | Par L'Anjou Agricole

Enquête avicole : des résultats 2016 « corrects »

Les résultats de l'enquête avicole Grand Ouest pour l'année 2016 ont été communiqués le 15 juin, à Angers.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Des résultats « corrects, avec une marge brute annuelle qui progresse dans la majorité des production », mais qui sont marqués « par de fortes disparités entre territoires ».
Des résultats « corrects, avec une marge brute annuelle qui progresse dans la majorité des production », mais qui sont marqués « par de fortes disparités entre territoires ». - © Actuagri

 

« Dans certaines zones, les vides sanitaires peuvent s'allonger fortement, notent les Chambres d'agriculture du Grand Ouest qui réalisent cette enquête. Certains élevages ne sont plus remplis ». L'enquête a aussi relevé des dysfonctionnements dans la filière dinde, avec « des lots de dindes stockées sur pattes jusqu'à plus de 25 semaines avec des performances médiocres ». Des incidents qui ont, depuis, donné lieu à la mise en place d'une charte de production par l'interprofession de la dinde.
Par ailleurs, l'enquête note que « les performances techniques se maintiennent à un bon niveau, les rotations restent élevées, et les charges ont tendance à diminuer, notamment en lien avec la baisse des dépenses de chauffage ». Selon les Chambres d'agriculture, il est toujours « délicat » de s’installer en volailles de chair avec un bâtiment neuf : « cela est plus envisageable avec un bâtiment d’occasion ».

 

 

Retrouvez très prochainement dans le journal Réussir l'Anjou agricole un dossier avicole complet (s'abonner).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.