L'Anjou Agricole 15 septembre 2016 à 13h00 | Par L'Anjou Agricole

Ensilages : la météo met le maïs à rude épreuve

Les difficultés d’implantation au printemps dues aux pluies et la sécheresse estivale font chuter les rendements et la qualité, surtout en maïs non irrigué.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Ensilage à La Tourlandry.
Ensilage à La Tourlandry. - © AA

L’ensileuse de l’entreprise ­Defois, de La Tourlandry, soulève des  nuages de poussière en sillonnant la parcelle de maïs. Sur les terres du Gaec Girard, l’ensilage des 34 ha de maïs a commencé jeudi 8 septembre. Même s’il n’y a quasiment pas de grain, puisque ceux-ci « se déshydratent avant de mûrir », les agriculteurs ont décidé de lancer tout de même le chantier. « Le maïs est déjà à plus de 30 % de matière sèche, et avec la chaleur et le vent,  on prend un point par jour. Cela ne sert à rien d’attendre », explique Sylvain Girard, installé depuis 2013 avec son père et son frère, salarié.
Le jeune éleveur laitier ne s’attend pas à des rendements ni une qualité très élevés cette année. « On devrait tourner autour de 9 à 10 tonnes de matière sèche par ha, pas plus », estime-t-il. Et le maïs semé début juin, pourrait « ne pas dépasser les 7 tonnes. »

Lire l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 16 septembre 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

[Nous faisons] l’amer constat que la guerre des prix se poursuit entre les enseignes de la grande distribution.

La FNSEA, les JA, l’Ania et Coop de France demandent à l’administration d’« intensifier » les contrôles et de publier les sanctions prises grâce au dispositif du “name and shame”.

Le chiffre de la semaine
220
Dans le Maine-et-Loire en 2018, 220 installations ont vu le jour, dont 117 avec les aides. Pour 450 départs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui