L'Anjou Agricole 15 novembre 2018 à 17h00 | Par AA

Entreprises du végétal : quels besoins en compétences demain ?

La première édition de Plant Event, événement organisé par Végépolys, s’est déroulée mercredi 7 et jeudi 8 novembre à Terra Botanica à Angers. Elle a rassemblé 400 participants sur les deux jours.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’attractivité des filières du végétal était au cœur de l’événement. Des interventions ont été ponctuées de saynettes jouées par des comédiennes du cabinet Scénergie.
L’attractivité des filières du végétal était au cœur de l’événement. Des interventions ont été ponctuées de saynettes jouées par des comédiennes du cabinet Scénergie. - © AA

Quelles compétences et métiers ont besoin les secteurs du végétal ? Le mot-clé semble être polyvalence. « Le secteur a besoins de profils techniques dans le végétal, complétées d’autres compétences en gestion, en numérique, en marketing, communication. Il faudra veiller à l’équilibre entre les compétences techniques et les compétences transversales », insistait Fabien Grimaud, lors de la deuxième journée de l’événement Plant event by Vegepolys, jeudi 8 novembre à Angers. Ce chargé d’études et de veille stratégique à la Chambre de commerce et d’industrie de Maine-et-Loire, a réalisé une étude sur  l’évolution du facteur humain dans les entreprises du végétal pour le service veille et prospective de Végépolys.
Des besoins en prospection et stratégie sont aussi indispensables face à l’accélération des technologies, aux attentes complexes des consommateurs. C’est toute la conception des rapports de hiérarchie qui évolue également : « dans les PME, aujourd’hui, le chef d’entreprise n’a plus le temps de s’occuper à la fois de l’export, de la veille juridique, du management de l’innovation...». Les besoins en compétences managériales, relations humaines, sont fortes aussi. En somme, le besoin en compétences humaines se renforce : elles ont trait au respect, à la  motivation, à l’ouverture d’esprit, à la capacité à s’adapter... « On peut supposer que les compétences techniques vont être pondérées dans le recrutement, quitte à compléter les savoir-faire en formation continue. Le savoir-être va devenir la clé d’entrée dans l’entreprise », détaille Fabien Grimaud.


Autre tendance, les entreprises recherchent de plus en plus d’experts multispécialisés, comme par exemple des chefs de cultures spécialisés en analyse et gestion des données ou spécialisés en gestion raisonnée des intrants. Des besoins en sécurité, qualité environnement aussi en raison à la fois des évolutions réglementaires et des attentes clients. Il faut s’attendre à voir émerger aussi des besoins dans le domaine de la recherche et développement, en compétences qui seraient à la croisée de la psychologie, des questions d’éthique, de sociologie, de déontologie, afin de travailler très en amont sur l’acceptabilité des innovations mises en place, bien avant la communication de crise.


Tendances en matière d’éducation et formation
On observe une augmentation de la part de transversalité dans les diplômes techniques, le développement de l’apprentissage dans les parcours supérieurs, le développement de bi-compétences (ingénieur électronique et master horticulture, biologie et urbanisme...).   « On peut aussi imaginer que si les formations ne sont pas tout à fait en phase avec les besoins, que les entreprises proposent leurs propres formations sur-mesure ». Avec le numérique et la robotique, les besoins de compétences en captation et analyse des données deviennent fondamentaux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Cette action de délation gratuite et sans fondement est indigne d’une organisation internationale comme Greenpeace.

s’indigne C. Morançais, présidente du Conseil régional, suite à une campagne de Greenpeace recensant de manière péjorative des fermes qui ne correspondent pas à leur vision de modèle agricole

Le chiffre de la semaine
1,20
Le 3 décembre, l’Assemblée nationale a confirmé une exonération de charges pour les employeurs de saisonniers agricoles, avec un seuil de 1,20 Smic pour 2019 et 2020.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui