L'Anjou Agricole 13 novembre 2014 à 08h00 | Par L

Environnement - Sage du Loir : les agriculteurs mobilisés

Les irrigants demandent à être associés au diagnostic de chaque barrage et au processus de décision.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les agriculteurs ont participé à l’enquête publique sur le projet de Sage du Loir, mercredi, à Seiches-sur- le-Loir.
Les agriculteurs ont participé à l’enquête publique sur le projet de Sage du Loir, mercredi, à Seiches-sur- le-Loir. - © AA

 

Une douzaine d’agriculteurs, arboriculteurs, pépiniéristes et représentants d’associations d’irrigants ont participé à l’enquête publique sur le projet de Sage du Loir, mercredi à Seiches sur le Loir. Ils ont présenté au commissaire enquêteur leurs inquiétudes et leurs demandes concernant ce document de planification de la gestion de l’eau.

“Les conséquences économiques de ce projet ne sont pas assez prises en compte. Qui va payer ? Que va-t-il se passer si nous ne pouvons plus irriguer ou si des prairies sont asséchées ?” ont-ils souligné. En effet, le projet de Sage prévoit que des barrages soient éliminés ou aménagés pour restaurer la continuité écologique. Les irrigants demandent à être associés au diagnostic de chaque barrage et au processus de décision, pour que les conséquences agricoles soient bien prises en compte.

D’autre part, “ce projet de Sage va trop loin : est-ce au Sage d’encourager le classement en zone N des zones humides stratégiques, et le classement des éléments bocagers dans les documents d’urbanisme ? Et pourquoi inventer de nouveaux zonages prioritaires nitrates, alors que nous venons de vivre une réforme des programmes d’actions ?” Autre exemple d’incohérence qu’ils ont relevé : les objectifs de surfaces en agriculture biologique sur les aires d’alimentation de captages.

La commission d’enquête rendra son rapport mi-décembre à la préfète de la Sarthe et à la commission locale de l’eau. Le projet de Sage sera revu par la suite, au regard de ce rapport.

Marie Calmejane

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

près d’un quart des chefs d’exploitation ou co-exploitants sont des femmes, contre 8 % en 1970.

A déclaré Jacqueline Cottier, éleveuse à Champteussé-sur- Baconne, présidente de la commission nationale des agricultrices

Le chiffre de la semaine
- 20 %
La production européenne de pommes est en retrait de 20 %

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui