L'Anjou Agricole 07 juin 2018 à 12h00 | Par L'Anjou Agricole

Epandage : du méthaniseur à la parcelle

Plus que quelques jours avant Mécaélevage 2018. Le grand rendez-vous des Cuma a lieu, jeudi 14 juin, à La Séguinière. L’épandage fait partie des thèmes abordés ; introduction au sein de la Cuma Biolys, qui utilise des outils particuliers.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’automoteur d’enfouissement Vredo utilisé par la Cuma Biolys allie gain de temps et faible consommation. Son seul point faible est « qu’au niveau de la structure des sols, on ne peut descendre en dessous de 1,5 bar ».
L’automoteur d’enfouissement Vredo utilisé par la Cuma Biolys allie gain de temps et faible consommation. Son seul point faible est « qu’au niveau de la structure des sols, on ne peut descendre en dessous de 1,5 bar ». - © AA

« La Cuma, c’est la dernière étape de la méthanisation », résume Michel Perdrieau, agriculteur à Bellevigne-en-Layon et vice-président de la SAS Méthalys, usine de méthanisation située à Montilliers. « Sa création et son rôle s’inscrivent dans un schéma chronologique, et la Cuma fait le lien entre des activités complémentaires ». La Cuma Biolys a été créée en décembre 2016 et est le fruit d’une véritable réflexion. « A l’origine, il y a les deux usines de méthanisation, celle de Montilliers, Méthalys, et celle de Vihiers, Bioénergie Vihiers. Nous avons toujours travaillé ensemble, et nous regroupons 80 éleveurs". (...)

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du vendredi 8 juin.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Si des solutions techniques alternatives au désherbage chimique existent, elles ne sont pas encore adoptables par tous les arboriculteurs.

indique le CTIFL (centre technique), dans un communiqué du 26 mai

Le chiffre de la semaine
8,2 millions d'euros
Horticulture : dans le Maine-et-Loire, la destruction des plantes et fleurs, suite à la crise du Covid-19, a entrainé une perte de 8,2 millions d'euros (source FNPHP Grand Ouest)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui