L'Anjou Agricole 13 septembre 2018 à 10h00 | Par L'Anjou Agricole

Equins : Revaloriser les races françaises

Du 6 au 9 septembre, l’école nationale d’équitation de Saumur a accueilli les meilleures jeunes chevaux de dressage, lors des finales nationales qui leur sont réservées, sacrant l’élite de leurs générations.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
First Step Valentin est le nouveau champion de France de dressage dans la catégorie des jeunes chevaux de 6 ans.
First Step Valentin est le nouveau champion de France de dressage dans la catégorie des jeunes chevaux de 6 ans. - © Les Garennes

Chaque année, de mi-août jusqu’à mi-octobre, se succèdent partout en France les “Grandes semaines”. Ces finales nationales sont réservées aux jeunes chevaux et sont organisées par la Société hippique française (SHF), société-mère de l’élevage de chevaux de sport, qui a pour but de rassembler les acteurs de la production, de la valorisation et de la commercialisation des jeunes chevaux et poneys de sport. La finale réservée au dressage a pris place au cœur de l’école nationale d’équitation, à Saumur. 212 chevaux et poneys, âgés de 4 à 6 ans, ont participé à l’évènement.

"Le circuit de compétition SHF permet la formation des jeunes chevaux sur des épreuves dont les difficultés sont progressives et adaptées à leur âge et à leur évolution", explique Cécile Lathelize, responsable de la commercialisation au sein de la SHF. En matière de chevaux, l’aboutissement du travail de l’éleveur ne se voit que sous la selle, lorsque le produit obtient ses premiers résultats et ses premiers gains. Faire naître un beau poulain, avec un beau modèle et de bons aplombs, c’est certes important, mais la finalité reste la carrière sportive. C’est pourquoi ces épreuves sportives  d’élevage permettent une réelle valorisation des jeunes, dans des conditions adaptées". Les “Grandes semaines” sont aussi une ouverture sur le commerce, notamment international.

« En dressage, les chevaux performants en compétition ont aujourd’hui principalement des origines étrangères. On s’appuie beaucoup sur les races allemandes ou hollandaises, note
Caroline Rioche, présidente de l’association France dressage, qui promeut et développe en France l’élevage du cheval destiné au dressage. Depuis 2 ans, nous travaillons en collaboration avec le stud-book selle français pour développer une politique visant à mettre l’accent sur des naissances de selle français orientés dressage ». Le but à terme ? « Revaloriser nos races françaises en dressage ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le groupe Cooperl peut compter sur l’engagement du ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance pour assurer la pérennité des activités et de l’emploi

signifie Bercy dans un communiqué du 21 octobre.

Le chiffre de la semaine
2 000
D’ici 2023, le nombre de départs d’exploitant s’élèvera à 2 000 par an en Pays de la Loire.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui