L'Anjou Agricole 15 février 2016 à 18h00 | Par L'Anjou Agricole

Etiquetage des viandes : 4 consommateurs sur 5 satisfaits

Un an après sa mise en service, " 4 consommateurs de viande sur 5 sont satisfaits du nouvel étiquetage de la viande en libre-service ", annonce un communiqué du 12 février d'Interbev.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le bilan est donc " très positif [...] tant du point de vue des opérateurs que des consommateurs ", estime l'interprofession.
Le bilan est donc " très positif [...] tant du point de vue des opérateurs que des consommateurs ", estime l'interprofession. - © S.Bourgeois

Selon le communiqué, " d'après une enquête IFOP1 menée pour Interbev, début février 2016, les résultats montrent que 66% des Français ont vu le nouvel étiquetage au rayon viande en libre-service ou en ont entendu parler ". Près de 8 Français sur 10 trouvent que c'est une bonne idée (79%) et jugent que l'étiquetage atteste de l'écoute des professionnels de la viande à l'égard des consommateurs (76%), notamment en leur donnant des idées de plats à préparer (71%).

 

D'après l'étude, si l'étiquetage semble faciliter l'achat, il ne semble cependant pas forcément en augmenter la quantité. En effet, " les personnes interrogées qui achètent de la viande au rayon boucherie libre-service et ont vu le nouvel étiquetage, s'accordent sur sa clarté (86%), ce qui facilite leurs achats de viande pour 7 sur 10 d'entre eux (69%), notamment en ce que l'étiquette correspond vraiment aux informations dont ils avaient besoin (67%) ", explique Interbev.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.