L'Anjou Agricole 12 mars 2018 à 09h00 | Par L'Anjou Agricole

Étiquetage des vins : la solution numérique plutôt que l'étiquette, propose l'Arev

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Patrick Cronenberger

L'Assemblée des régions européennes viticoles (Arev) considère comme prioritaire, dans une position publiée le 9 mars, à propos de l'étiquetage nutritionnel des vins, de laisser au secteur vitivinicole la possibilité d'utiliser les nouvelles technologies de l'information plutôt qu'encombrer davantage l'étiquette. « Apposer sur l'étiquette des informations supplémentaires pour Ie consommateur, à l'instar des notices pharmaceutiques, n'est pas la solution. Trop d'information tue l'information ».

La consommation et la traçabilité des produits étant de plus en plus gérées par I'informatique, « le numérique permet, via un QR code, de donner de véritables informations sur les modes de fabrication et Ia composition du produit final », explique l'Arev. De plus, un ordre de grandeur clair et compris du consommateur « est plus pertinent qu'un chiffre précis, peu significatif ».

L'Arev préfère des chiffres indicatifs, assortis de tolérances, et hors étiquette. Mentionner sur l'étiquette davantage d'informations, « qui varient non seulement à chaque millésime, mais aussi d'une cuvée à l'autre, serait une exigence très complexe et d'un coût élevé », souligne-t-elle. L'ensemble des professionnels européens du vin remettront leurs propositions le 12 mars à la Commission.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui